Politique

Sandrine Doucet : " Il faut priver les terroristes du droit de vote"

Par Florence Pérusin, France Bleu Gironde mardi 19 janvier 2016 à 10:03

Sandrine Doucet dans le studio de France Bleu Gironde
Sandrine Doucet dans le studio de France Bleu Gironde - Florence Pérusin

La députée PS de la Gironde fait partie des voix qui s'élèvent à gauche contre la déchéance de nationalité. Elle préfère mettre en place ce qu'elle appelle une peine d'indignité nationale, comme la privation des droits civiques pour tous ceux qui attaquent la République.

France Bleu Gironde : Quelle est votre position sur la déchéance de nationalité ?

Sandrine Doucet : Moi je suis contre cette déchéance, mais je pense que l'on s'avance vers une solution raisonnable, avec une méthode en tous cas installée. Notre bureau national a donné mandat à Jean-Christophe Cambadélis et Jean-Jacques Urvoas pour rencontrer le Président de la République en fin de semaine et à cette occasion lui proposer un nouveau texte avec de nouvelles idées, notamment sur les sanctions qui concernent ceux qui attaquent la République. A mon avis, si on regarde toutes les actions politiques qui ont été menées jusqu'à présent, si on veut créer l'égalité entre les citoyens, il faut des sanctions qui concernent plutôt l'indignité nationale voire civique.

Cela veut dire quoi concrètement l'indignité nationale ?

Et bien ceux qui attaquent la République et ses valeurs doivent être privés de ces mêmes valeurs voire de certains de leurs droits de citoyens. A un moment donné, quand on s'exclut de cette société égalitaire, républicaine et solidaire, il faut avoir des peines qui soient assorties et qui soient personnalisées.

On n'avait pas franchement d'autres débats plus importants à mener en matière de lutte antiterroriste ?

Non je pense que ce sujet est très important pour les citoyens. La question du déplacement des terroristes présumés au sein de nos frontières est certes aussi une question importante mais celle-ci doit être traitée au niveau européen. Un sommet européen dédié à ces questions aura justement lieu en février à Bruxelles pour parler du contrôle de nos frontières.

Concernant les 500 000 chômeurs de plus formés en 2016, Les Républicains parlent de mensonge éhonté du Chef de l'Etat. Vous pensez que c'est un objectif tenable ?

La réaction de la droite, je la trouve totalement déplacée quand on sait qu'ils n'ont rien fait. Au moment de la crise en 2008, c'était Xavier Bertrand qui était ministre du Travail et il n'a pas brillé par les mesures qu'il a prises à ce moment là. Donc venir aujourd'hui nous faire un procès d'intention sur la formation de ces 500 000 chômeurs, c'est un faux procès. 2 milliards d'euros vont être mis sur la table pour former ces demandeurs d'emploi qui sont en dessous du niveau du bac. C'est sur eux qu'il faut accentuer nos efforts.

La courbe du chômage va-t-elle enfin s'inverser en 2016 ?

Je pense que oui car on va avoir des plans de formations en lien avec les entreprises pour répondre à leur demande et elles pourront dans les mois qui suivent embaucher des personnes dûment formées.

Pamela Anderson qui vient à l'assemblée pour dénoncer le gavage, ça vous énerve ?

Il y a d'autres sujets à traiter actuellement et cette question de la souffrance animale,  l’Assemblée nationale s'en est déjà emparée.

Sandrine Doucet invitée de France Bleu matin