Politique

Savoie : l'audit des finances de la ville de Chambéry présenté au Conseil municipal

Par Christophe Tourné et Nathalie Grynszpan, France Bleu Pays de Savoie vendredi 11 juillet 2014 à 10:48

La mairie de Chambéry.
La mairie de Chambéry. © Marie Chaffard - Radio France

Que reste-t-il dans les caisses de la ville de Chambéry ? La nouvelle municipalité UMP va découvrir ce vendredi soir le résultat de l'audit commandé après son élection.

L'audit, une promesse de campagne

Il l'avait annoncé lors de la campagne des municipales et validé par une délibération, une fois élu, Michel Dantin, maire UMP de Chambéry s'apprête ce vendredi soir à présenter en ouverture du Conseil municipal les résultats de l'audit sur les finances de la ville en 2008 et 2013, soit le mandat de la député PS Bernadette Laclais. Comment la commune a-t-elle été gérée et quelles marges de manœuvre ont été laissées ? L'audit va sans doute confirmer ce que l'on savait déjà.

Des finances tendues

Lors de son ultime Conseil municipal en février, Bernadette Laclais avait indiqué que la dette atteignait 124 millions d'euros et qu'un prêt toxique de 6 millions d'euros avait dû être renégocié à 6%, sans oublier la baisse annoncée des dotations de l'État.** Le rapport présenté ce vendredi devrait le confirmer et préciser. La baisse des dotations va atteindre 25 millions d'euros durant le mandat de l'actuelle municipalité** et les prêts toxiques négociés à taux très bas en 2007 atteignent pour certains presque un taux de 14 % ce trimestre. 

Il faut donc trouver des économies

Le cabinet d'audit est clair : la ville ne peut en l'état faire face à une telle charge.** Plusieurs pistes  vont être présentées ce vendredi. A commencer par la vente du patrimoine immobilier de la ville** déjà entamée par la précédente équipe. Michel Dantin se donne l'été avec ses services pour annoncer des mesures drastiques à la rentrée tout en espérant tenir un de ses engagements : ne pas augmenter les impôts. Enfin, pas tout de suite.

Michel Dantin, le maire de Chambéry, s'attend à des mois difficiles