Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Sèche-cheveux de luxe, loyer préférentiel, troisième chauffeur... François de Rugy face à de nouvelles révélations

-
Par , France Bleu

Déjà sous surveillance du gouvernement, sommé de justifier des dépenses au cœur d'une polémique, François de Rugy fait face à de nouvelles révélations du Parisien et de Mediapart. Il a réaffirmé ce vendredi matin, qu'il ne démissionnerait pas.

Déjà sous surveillance du gouvernement, François de Rugy fait face depuis hier soir à de nouvelles révélations
Déjà sous surveillance du gouvernement, François de Rugy fait face depuis hier soir à de nouvelles révélations © Maxppp - Jaboutier

Après les révélations de Mediapart sur les dîners somptueux, à base de homard, de grands vins, de champagne, de François de Rugy quand il était président de l'Assemblée Nationale, et sur les travaux de rénovation à 63 000 euros de ses appartements de fonction au ministère de la Transition écologique, tout ça aux frais du contribuable, cette fois c'est Le Parisien qui publie une liste de frais qu'il aurait engagés au Palais Bourbon. 

Pour le moment, rien d'illégal, mais ça risque de coincer encore un peu plus dans l'opinion, car on parle notamment d'un sèche cheveux recouvert de feuilles d'or.  Valeur de l'appareil : 499 euros. Son utilité n'est pas précisée, mais le couple de Rugy affirme l'avoir laissé en quittant l'Assemblée nationale pour s'installer au ministère.

"Pas de raison de démissionner" 

François de Rugy a réaffirmé sur BFM TV ce vendredi matin qu'il n'avait "absolument pas de raison de démissionner". 

Il a affirmé que le Président, Emmanuel Macron et le Premier ministre, Édouard Philippe, le soutenaient.

Le ministre de l'Écologie envisage de porter plainte pour "dénonciations calomnieuses" mais aussi de "demander une enquête sur l'agence immobilière" qui n'aurait pas respecté la loi.

Pour la polémique sur le homard géant servi lors d'un dîner, François de Rugy a expliqué qu'il n'en mangeait pas : "moi je n'aime pas ça, je n'en mange pas, j'ai une intolérance aux crustacés et aux fruits de mer".

Un loyer spécial préférentiel

Le Parisien croit savoir aussi que le ministre faisait appel à un troisième chauffeur, quand l'usage veut qu'il n'en dispose que de deux, pour le conduire dans sa ville d'origine, Nantes, et pour emmener le fils de sa compagne à l'école. Il aurait par ailleurs fait réaménager un grand bureau à l'Assemblée pour accueillir ses enfants, sans que l'on sache, pour l'heure, si ces travaux ont été financés sur ses fonds propres, ou grâce aux deniers publics.

C'est aussi pour ses enfants que François de Rugy loue un appartement à Orvault, tout près de Nantes, pour les recevoir quand il en a la garde. Ce logement, loué 622€ par mois, bénéficie d'un loyer spécial préférentiel, selon les révélations de Mediapart. Il a dû se défendre sur son compte Facebook : "Mediapart affirme qu'il s'agit d'un "logement à loyer social préférentiel" (...) Cette information, si elle est avérée, je n'en n'ai moi-même jamais eu connaissance", affirme-t-il en publiant ses échanges de courriels avec l'agence immobilière, son bail et ses réponses aux questions de Mediapart. Pour François de Rugy, le loyer de ce deux-pièces de 48m² est conforme aux prix du marché.

Le gouvernement annonce une enquête interne

Une nouvelle révélation qui tombe d'autant plus mal qu'il a limogé ses derniers jours sa directrice de cabinet, Nicole Klein, accusée d'avoir bénéficié pendant près de 20 ans d'un logement HLM à Paris, même lorsque ses fonctions de préfète l'ont tenue éloignée plusieurs années de la capitale. 

Tout cela écorne encore un peu plus son image, d'autant que tous ces nouveaux faits arrivent après son entretien, hier après-midi, avec le Premier Ministre, Edouard Philippe. Pour être maintenu à son poste au gouvernement, François de Rugy a dû promettre de justifier les frais engagés depuis qu'il est au gouvernement, qui ouvre une enquête, et lorsqu'il était président de l'Assemblée nationale, et de rembourser à l'euro près toutes les dépenses contestées.