Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Second tour des élections municipales : à Amiens, les candidats peinent à trancher

-
Par , France Bleu Picardie

L'organisation du second tour des élections municipales laisse les trois candidats à la mairie d'Amiens dubitatifs. Fin juin 2020 ou janvier 2021 : difficile de décider quelle serait la meilleure date. Une grande inconnue demeure : l'évolution de l'épidémie de coronavirus dans la Somme.

Le second tour des élections municipales pourrait se tenir en juin ou en janvier 2021
Le second tour des élections municipales pourrait se tenir en juin ou en janvier 2021 © Radio France - Nicolas Blanzat

A quand l’acte II des élections municipales ? Deux possibilités sont évoquées par le gouvernement : un second tour des élections municipales le 28 juin ou un report en début d’année prochaine qui obligerait alors à reprogrammer l’intégralité du scrutin dans les 5000 communes de France sans maire élu dès le 15 mars dernier. C'est le cas à Amiens où trois candidats sont en lice : Brigitte Fouré, le maire sortant, Julien Pradat tête de liste d’Amiens c le tien et Renaud Deschamps.

Pas d'avis tranché sur le calendrier à tenir

Entre les deux dates avancées, le cœur du maire sortant d'Amiens et de son ancien adjoint, Renaud Deschamps balance. Il y encore selon eux trop d'inconnues. La première étant l'évolution de l'épidémie. Si il s'agit d'un "virus saisonnier", la situation sera peut-être "encore compliquée en janvier" prévient Brigitte Fouré. 

C'est pour cela que Julien Pradat veut un second tour dès la fin du mois de juin. "Nous sommes pour changer de municipalité, le plus tôt sera le mieux" souffle la tête de liste d'union de la gauche à Amiens. 

Les élections municipales ne sont pas la priorité des amiénois _Renaud Deschamps, tête de liste Amiens au coeur

Des amiénois désintéressés par le scrutin 

Après deux mois de confinement, le second tour des élections municipales n’intéresse pas les habitants. Ce constat est dressé par les trois prétendants à la mairie d'Amiens pour qui la priorité des amiénois est aujourd'hui "d'avoir des masques, de faire tourner leur entreprise ou de trouver du travail pour ceux qui étaient en intérim" assure Renaud Deschamps. Un désintérêt qui pourrait se traduire "dans cinq semaines" par un fort taux d'abstention redoute la tête de liste "Amiens au coeur".

Quelle campagne menée si le second tour devait se tenir fin juin ?

Si le gouvernement décidait finalement d'organiser ce scrutin fin juin, la campagne reprendrait ses droits après des semaines de trêve. Une campagne forcément plus difficile à mener selon Brigitte Fouré qui rappelle que les meetings sont interdits, le porte-à-porte probablement aussi et les rassemblements toujours limités à dix personnes maximum.

On serait dans des élections du monde d'après _ Brigitte Fouré, maire sortant d'Amiens

Mais occuper le terrain n'est pas interdit rappelle Julien Pradat. La tête de liste d'Amiens c'le tien réfléchit à recruter des "crieurs de rue" pour présenter le programme au "pied des immeubles" : "des candidats, des comédiens, des artistes qui viendraient expliquer les projets au plus près des gens".

Il faudra faire différemment. Renaud Deschamps en est aussi convaincu et lui veut s'appuyer sur les réseaux sociaux et sur la presse, pour qu'elle soit "le relais de la parole des équipes". 

Brigitte Fouré, Julien Pradat et Renaud Deschamps : trois prétendants à la mairie d'Amiens dans l'attente d'une décision gouvernementale pour se relancer dans la bataille des municipales.

Des candidats amiénois qui n'ont plus de local de campagne : ils ont rendu les clés. C'était "trop cher" et devenu "inutile". Epidémie oblige, les réunions ont lieu en visioconférence et les rassemblements de plus de dix personnes sont toujours interdits.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu