Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Second tour des municipales en juin : les réactions en Bretagne

-
Par , France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel

Le second tour des élections municipales aura donc lieu le 28 juin, comme l'a officialisé le gouvernement ce vendredi. Il sera organisé dans 158 communes en Bretagne, qui n'ont pas désigné leur maire à l'issue du premier tour, le 15 mars dernier. Beaucoup de candidats ont réagi, ce vendredi.

Coronavirus et premier tour des élections municipales le 15 mars 2020.
Coronavirus et premier tour des élections municipales le 15 mars 2020. © Radio France - Nicolas Blanzat

Le gouvernement a donc tranché, le second tour des élections municipales aura lieu le 28 juin, dans des conditions particulières. Entre soulagement, indignation et fatalisme, tour d'horizon des réaction de quelques candidats qualifiés pour le second tour en Bretagne. 

A Rennes 

Arrivée en tête, la maire actuelle Nathalie Appéré a préféré laisser son porte-parole communiquer :  "Le chef du gouvernement vient d'annoncer sa décision pour que cela se déroule le 28 juin. Nous sommes bien évidemment prêts pour mener cette campagne à son terme dans un format forcément contraint par le contexte de la pandémie de covid19."

De son côté, Charles Compagnon, arrivé en quatrième position, déplore une fin de campagne tronquée : "quand vous avez un maire qui est à la manœuvre, qui a été exposé, qui a géré la crise, et que vous êtes challenger et sans notoriété... On aurait voulu revenir sur une campagne un peu plus classique. Là, ça va être plus compliqué, mais ça va le faire."

A Brest

Maire actuel arrivé en tête, François Cuillandre "partage totalement la décision du Premier ministre. Les maires sortants vivent assis entre deux chaises, il fallait trouver une solution. Lors d'un conseil municipal, l'opposition m'a dit que je n'avais pas la légitimité démocratique pour prendre des décisions. Bon, comment on fait ? Qu'on m'explique...

A Quimper

Le maire sortant, arrivé en deuxième position, Ludovic Jolivet est en colère. "Il n'y a pas de logique depuis trois mois. Le gouvernement décide de sacrifier ces élections. On va faire un scrutin sans campagne, sans porte-à porte, sans meeting..." déplore-t-il. De son côté, Isabelle Assih, arrivée en tête juge que "dans la mesure où il n’y aurait pas de seconde vague, je pense que c'est important de terminer ce cycle des municipales. Si on le fait c'est qu'au niveau sanitaire ça ira mieux. Et donc, c'est ce que l'on peur souhaiter pour le pays". Troisième, Annaïg Le Meur _"avait plutôt privilégié le deuxième choix, en 2021. Il faudra privilégier autres modalités, comme les procuration_s" 

A Lorient

A Concarneau

Les résultats du premier tout à Concarneau

A Morlaix

Arrivée deuxième, la maire et porte-parole de l'Association des maires de France, Agnès Le Brun explique qu'il "faut reprendre la vie sociale, il faut reprendre la vie économique et il ne faut surtout pas oublier la vie démocratique qui, pour ce qui est des collectivités, génère évidemment un lien très étroit avec la vie économique". A ses yeux, "les analyses scientifiques montrent bien que les choses s'améliorent, donc que le danger, d'une certaine façon, s’éloigne"

A Saint-Brieuc

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu