Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Sécurité des centrales nucléaires : les députés créent une commission d'enquête

mercredi 31 janvier 2018 à 19:17 Par Mélanie Tournadre, France Bleu Drôme Ardèche, France Bleu Vaucluse et France Bleu

La création d'une commission d'enquête sur "la sûreté et la sécurité des installations nucléaires" a été votée, ce mercredi après-midi, à l'Assemblée nationale. Une décision qui fait suite à l'intrusion, en novembre, de militants de Greenpeace dans la centrale de Cruas en Ardèche.

Intrusion de 22 militants de Greenpeace dans la centrale nucléaire de Cruas en Ardèche, le 28 novembre dernier.
Intrusion de 22 militants de Greenpeace dans la centrale nucléaire de Cruas en Ardèche, le 28 novembre dernier. - Greenpeace

Les députés se saisissent de la question de la sécurité dans les centrales nucléaires françaises. Une commission d'enquête sur "la sûreté et la sécurité des installations nucléaires" a été créée, ce mercredi après-midi, à l'Assemblée nationale. Elle a été votée par tous les groupes à l'exception du groupe Les Républicains. 

Une commission souhaitée par Hervé Saulignac

La demande de création d'une commission d'enquête a été présentée par la députée Barbara Pompili et portée par le groupe La République en Marche. Le député socialiste de la première circonscription de l'Ardèche, Hervé Saulignac, avait également fait cette demande suite à l'intrusion de 22 militants de Greenpeace dans la centrale nucléaire de Cruas-Meysse le 28 novembre dernier. Ces militants voulaient démontrer la vulnérabilité des piscines d’entreposage de combustible radioactif usé.

"Il faut comprendre comment aujourd'hui des militants de Greenpeace peuvent entrer sur un site nucléaire en moins de dix minutes et il faut faire la lumière sur les défaillances sécuritaires" — Hervé Saulignac, député socialiste de la première circonscription de l'Ardèche

Cette commission d'enquête va regrouper une trentaine de députés. Ils auront six mois pour rendre leurs conclusions après avoir auditionné les principaux acteurs de la filière, ainsi que les forces de sécurité et des experts.

Greenpeace entre satisfaction et agacement

L'ONG Greenpeace salue la création de cette commission d'enquête qui "fait enfin le lien entre l'aspect sûreté et l'aspect sécurité des centrales nucléaires". Cependant Yannick Rousselet, chargé du dossier nucléaire à Greenpeace France, regrette qu'il faille des intrusions dans des centrales nucléaires, comme à Cattenom en octobre ou à Cruas en novembre, pour que les parlementaires s'emparent du sujet.

"C'est dommage de devoir entrer dans une centrale, se mettre dans l'illégalité et risquer de la prison, pour que les députés se saisissent du sujet" — Yannick Rousselet, chargé du dossier nucléaire à Greenpeace France

Yannick Rousselet se réjouit tout de même de la création de cette commission et espère des résultats concrets. "Il faut que les parlementaires puissent faire pression sur EDF pour que l'entreprise renforce la sécurité de ses centrales, notamment de ses piscines de stockage de combustible usé".

Yannick Rousselet, chargé du dossier nucléaire chez Greenpeace France.

Les 22 militants de Greenpeace doivent être jugés ce jeudi après-midi, devant le tribunal correctionnel de Privas, suite à l'intrusion dans la centrale nucléaire de Cruas. Yannick Rousselet est également concerné, poursuivi pour complicité ; il était resté à l'extérieur du site. Cependant, Greenpeace a demandé un renvoi, le procès devrait donc être repoussé.