Politique

Sécurité, finances, poids du FN : réécoutez le débat des candidats aux municipales à Mulhouse

Par Blandine Costentin, France Bleu Alsace vendredi 7 mars 2014 à 10:42

Jean Rottner, Martine Binder et Pierre Freyburger
Jean Rottner, Martine Binder et Pierre Freyburger © Maxppp. Montage avec Pixlr Express.

Trois têtes de liste aux élections municipales à Mulhouse, Jean Rottner, maire sortant UMP, Pierre Freyburger pour le PS et Martine Binder pour le FN, ont débattu sur l'antenne de France Bleu Alsace ce vendredi. Retrouvez l'intégralité de leurs interventions.

La sécurité

C'est une préoccupation importante pour les Mulhousiens et l'actualité s'est invitée dès le début du débat avec la fermeture du centre médico-social du quartier des Côteaux . Ce centre est géré par le conseil général du Haut-Rhin et il a été la cible d'agressions et d'incivilités.  

Cette fermeture, Jean Rottner la "regrette. Je travaille depuis des mois avec le conseil général et ses agents sur place, nous avons fait des propositions. Je l’ai dit au président du conseil général : je souhaite que cette fermeture ne soit que provisoire, le temps de réinvestir le quartier". Pierre Freyburger , conseiller général, regrette d'avoir "découvert" la fermeture "mercredi matin, en téléphonant au centre" : "ce déménagement a été organisé en catimini. Les conseillers généraux d’opposition n’ont pas été informés (...). Le maire de Mulhouse est un ami politique du président du conseil général, mais il n’a pas pu peser dans ce dossier". Je regrette, ajoute Pierre Freyburger, que "Jean Rottner et Pierre Freyburger n'aient pas pu porter ensemble ce dossier. Quand un service public est en danger dans un quartier, il faut savoir unir ses forces".

Pour Martine Binder , avec cette affaire, on assiste "une fois de plus à un déficit d’image de notre ville à cause de l’insécurité (...). Jusqu’à présent ni l’UMP et le PS n’ont pu régler ces problèmes d’insécurité. Il faut être présent dans tous les quartiers et à tout prix maintenir ces services à la population".

Toujours sur cette question de la sécurité, Christiane interroge les candidats au 03 88 25 15 15 sur "les jeunes marginaux qui s’installent devant les commerces avec des chiens" .

Jean Rottner explique que "la police de proximité qui patrouille toute la journée les a invité à quitter les lieux, ce qu’ils ont fait", tandis que Pierre Freyburger présente ces propositions : "rétablir une police de proximité, évaluer la vidéosurveillance et installer des «stewards urbains » en liaison avec les commerçants et les Mulhousiens".

Les finances

Pierre , un auditeur, introduit cette autre question centrale, en interpellant Pierre Freyburger au 03 88 25 15 15 : "l’Etat va ponctionner 10 milliards d’euros dans le budget alloué aux collectivités locales : (dans ces conditions) comment réaliser votre programme "?

Une question présente aussi sur les réseaux sociaux :

Réponse de Pierre Freyburger : "sur le budget (municipal) 2014-15, il faut économiser 2,8 millions d’euros, aujourd'hui, ils sont trouvés. L’équipe sortante a dépensé 2 millions en frais de communication". Pierre Freyburger ajoute au passage que "les impôts locaux ont augmenté de 23% en 5 ans (...) , en 4 ans, Jean Rottner a endetté la ville de plus de 18,5% , le chômage a augmenté de 2,5% , voilà le bilan". Jean Rottner réplique : "ce n’est pas en répétant des mensonges et en trafiquant les chiffres que cela devient des vérités". Il dénonce "le pillage fiscal" de l’Etat: "l'an dernier, l'Etat a baissé d’1,5 milliard les dotations aux collectivités, cela fait 2,5 millions d'euros en moins pour Mulhouse. En terme d’impôts, c’est 9% d’imposition locale en plus, je m’y refuse". De son côté, Martine Binder  affirme qu'"il ne faut plus vivre au dessus de ses moyens. Les dotations d’Etat, on savait qu’elles allaient baisser, il fallait anticiper. Il va falloir économiser, stopper l’instabilité fiscale, arrêter la pression sur les entreprises et les particuliers".

Le poids du FN et des ses idées

Sur France Bleu Alsace, le politologue et géographe Richard Kleinschmager l'a rappelé : "beaucoup de choses (dans ces élections) vont dépendre du FN". Zora, une internaute de @BleuAlsace, affirme et s'interroge : "le FN parti raciste est-il compatible avec la démocratie"?  

Réponse de Martine Binder , la tête de liste Front national à Mulhouse : "le FN est un parti démocratiquement élu, comme tous les autres (...), les électeurs ont le droit de s’exprimer. Si vous pensez que le racisme, c’est vouloir changer les choses, dénoncer les abus et refuser la descente aux enfers de nos concitoyens, il y a un sérieux problème". Pierre Freyburger dénonce le FN, qui "oppose les Mulhousiens entre eux (...). Pour sortir Mulhouse de la crise économique et sociale, il faut travailler avec l’ensemble des Mulhousiens, de toutes origines". Martine Binder épingle Pierre Freyburger : elle affirme qu'il "a participé pendant 18 ans au déclin de cette ville" (Pierre Freyburger a été adjoint de Jean-Marie Bockel à la mairie, avant que celui-ci s'allie à la droite. NDLR). Réponse de Pierre Freyburger : "j’ai travaillé jour après jour à la cohésion sociale de cette ville".

Sur cette question, Jean Rottner s'en prend d'abord à Pierre Freyburger qui "veut faire croire qu’il est le bon pasteur des bisounours, (alors qu')il est perpétuellement dans l’attaque, il dénonce tout et propose peu". Le maire sortant UMP ajoute : "nous avons des réponses pour ceux qui seraient tentés par le vote FN, en matière d’économie, de sécurité. J’ai fait la preuve de mon savoir faire en matière de sécurité". Martine Binder conclut : "ça fait 20 ans que le PS et l'UMP essaient de diriger cette ville et qu’ils l’ont amené vers le chaos (...). Il ne faut pas s’étonner si les gens voient une alternative et une nouvelle voie dans le FN". 

La première élection directe de Jean Rottner

Comme l'avait rappelé Richard Kleinschmager, Jean Rottner s'est intallé dans le fauteuil de maire de Mulhouse en cours de mandat, à la faveur de la démission de Jean-Marie Bockel.

Marc interroge Jean Rottner au 03 88 25 15 15 : "le fait d’avoir été nommé par le maire (Jean-Marie Bockel NDLR) ne va-t-il pas vous porter préjudice pour ces élections par le peuple"?

Réponse de Jean Rottner : "je n’ai pas été désigné par Jean-Marie Bockel, mais par le conseil municipal. Le conseil municipal m’a élu depuis quatre ans et comme maire, j’ai réussi à faire mes preuves.  Cette ville s’est transformée, elle a bougé. Je présente mon projet et mon équipe et c'est ça qui est important". Martine Binder réplique : "la nouvelle liste de Jean Rottner compte 21 co-listiers de l’équipe Bockel et Monsieur Bockel est présent. Il n’y a pas de renouvellement".

Réécoutez le débat dans son intégralité

DEBAT MUNICIPALES MULHOUSE édité

Sont également candidats à ces élections municipales à Mulhouse : Julien Wostyn, tête de liste Lutte ouvrière et Aline Parmentier pour le Front de gauche.

Partager sur :