Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Sécurité globale" : "Pas de divorce entre la police et la population" selon Gérald Darmanin

-
Par , France Bleu

Auditionné ce lundi par la Commission des lois de l'Assemblée nationale, le ministre de l'Intérieur a estimé qu'il n'y avait pas "de divorce entre la police et la population". Après une série de violences policières, il a admis "peut-être des problèmes structurels" au sein de la police.

Gérald Darmanin, le ministre de l'Intérieur, le 20 novembre 2020.
Gérald Darmanin, le ministre de l'Intérieur, le 20 novembre 2020. © AFP - LUDOVIC MARIN / POOL / AFP

Gérald Darmanin est auditionné ce lundi soir par la Commission des lois de l'Assemblée nationale, en pleine polémique liée à la loi "sécurité globale" et une série de violences policières, notamment le passage à tabac de Michel Zecler le 21 novembre à Paris. "Je ne partage pas le fait qu'il y ait un divorce entre la police et sa population", a notamment déclaré le ministre de l'Intérieur. Il y a en revanche des difficultés entre une partie de la jeunesse et l'autorité de l'Etat."

"Il n'y a pas à renouer, ce fil n'a jamais été perdu, mais il y a à faire comprendre les difficultés que vivent les policiers et à comprendre aussi comment la population souhaite aujourd'hui l'exercice de la force légitime", a poursuivi Gérald Darmanin.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

"Peut-être des problèmes structurels"

En référence au passage à tabac de Michel Zecler, Gérald Darmanin a qualifié ces actes "inqualifiables" : "Il y a sans doute des comportements individuels, il faut les condamner, il y a aussi peut-être des problème structurels qui ne datent pas d'hier avouons-le". Mais le ministre a prévenu qu'il "ne supporterait pas qu'on porte atteinte à l'institution de la police et de la gendarmerie".

"L'une des difficultés, sans doute notamment dans l'affaire du 17e arrondissement de Paris", le passage à tabac du producteur de musique noir par des policiers, "c'est le fait qu'il n'y a pas assez de chefs, de sous-chefs présents dans la rue avec les femmes et hommes qui nous servent".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Il faut recréer un corps intermédiaire d'encadrement plus nombreux auprès des policiers, des policières, des gendarmes sur le terrain. - Gérald Darmanin

Il est également revenu sur "le peu de formation que nous offrons à nos policiers". "Un policier national, c'est 12 heures de formation annuelle, a expliqué Gérald Darmanin. 20% seulement des policiers font ces 12 heures annuelles en 2019". Pour y remédier, "j'ai proposé au Président de la République cet après-midi", une "formation initiale plus importante".

Le ministre de l'Intérieur a également rappelé les problèmes de "matériel" et des "images", en réaffirmant l'intérêt des caméras piétons, qui seront généralisées le 1er juillet, comme il l'avait annoncé. Pour renforcer le lien entre la police et la population, il a préconisé de porter à 30.000 le nombre de policiers membres de la "réserve", soit le même niveau que la réserve de la gendarmerie.

"Le préfet Lallement a toute ma confiance"

Lors de son audition, Gérald Darmanin a également indiqué que le préfet de Paris, Didier Lallement, avait "toute sa confiance". "Le Préfet Lallement a un patron, c'est le ministre de l'Intérieur, a ajouté le ministre. Je n'ai ni amour ni haine du préfet Lallement (...) c'est un fonctionnaire travailleur, qui ne m'a jamais menti, qui dirige l'un des postes les plus difficiles de France". 

"Et j'ai constaté depuis que je suis en poste qu'il ne faillit pas à ses fonctions", a-t-il précisé.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess