Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Sécurité routière : le nombre de morts sur les routes a atteint son plus bas niveau historique en 2018

lundi 28 janvier 2019 à 11:53 Par Thibaut Lehut, France Bleu

Édouard Philippe a annoncé ce lundi que le nombre de morts sur les routes n'avait jamais été aussi bas qu'en 2018 en France métropolitaine. 3.259 personnes ont été tuées, soit neuf de moins que le précédent "record" de 2013.

Le Premier ministre Édouard Philippe en Seine-et-Marne, le 28 janvier 2018.
Le Premier ministre Édouard Philippe en Seine-et-Marne, le 28 janvier 2018. - Capture d'écran LCP.

Le nombre de morts sur les routes de France métropolitaine a atteint un plus bas historique en 2018, avec 3.259 tués. C'est le Premier ministre qui en a fait l'annonce ce lundi depuis la Seine-et-Marne. C'est neuf de moins que le précédent "record" de 3.268 morts enregistré en 2013. Avec 244 décès enregistrés Outre-mer et donc un total de 3.503 morts, le bilan global français dépasse cependant celui de 2013 (3.427 morts), mais 2018 est la deuxième année la moins meurtrière de l'histoire.

Des chiffres qui ne font pas consensus sur le 80 km/h

Édouard Philippe a également défendu l'abaissement de la limitation de vitesse à 80 km/h, expliquant que 116 vies avaient été épargnées sur ces routes secondaires depuis l'entrée en vigueur de la mesure, le 1er juillet.

Des estimations contestées par les anti-80 km/h, engagés depuis des mois dans une guerre de chiffres.  "La mortalité routière était déjà largement orientée à la baisse une année avant l'entrée en vigueur des 80 km/h. (...) La mise en oeuvre de _cette nouvelle limitation n'a eu aucun impact sur la réduction du nombre de morts sur nos routes"_, martelait encore vendredi l'association 40 millions d'automobilistes. 

Au vu des chiffres évoqués par le Premier ministre, est-il envisageable de revenir localement sur l'abaissement de la limitation de vitesse, comme Emmanuel Macron a pu le laisser entendre dans le cadre du Grand débat national ? 

Il serait fou d'abaisser le niveau d'ambition" - Édouard Philippe

Édouard Philippe a jugé ce lundi "légitime de discuter du sujet", "mais il serait fou d'abaisser le niveau d'ambition", a-t-il estimé. "Quand nous avons pris cette décision avec le gouvernement, avec le président de la République, nous avons pris nos responsabilités. Nous avons pris une décision que nous savions impopulaire (...) mais qui ne nous paraît pas remettre en cause la façon dont nos concitoyens peuvent se déplacer et qui produit des résultats. _Nous sommes fiers des résultats, de ces vies épargnées_", a-t-il déclaré.

Des résultats département par département sur les 80 km/h

Le Premier ministre a précisé qu'il présenterait les chiffres département par département à chaque président de conseil départemental, qui "pourra réagir et faire part de ses propositions" sur ce sujet.

_Une hypothèse déjà évoquée ce week-end par Richard Ferrand. "Il me semble qu'il faut garder cette règle-là, mais qu'_on pourrait utilement donner aux présidents de conseils départementaux et aux préfets l'autorité conjointe pour déroger à cette règle lorsque soit elle n'est pas applicable, pas tenable, soit lorsque elle doit être modifiée", a estimé le président de l'Assemblée nationale, proche du président de la République.