Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique
Dossier : Les élections européennes 2019

Ségolène Royal renonce à être candidate aux élections européennes

-
Par , France Bleu Poitou, France Bleu

Ségolène Royal annonce ce vendredi 11 janvier sur France Inter qu'elle renonce à être candidate pour les élections européennes de mai prochain.

Ségolène Royal renonce à être candidate aux élections européennes de mai prochain. Photo d'illustration
Ségolène Royal renonce à être candidate aux élections européennes de mai prochain. Photo d'illustration © Maxppp - Thomas Padilla

Poitou-Charentes, France

L'ancienne présidente de l'ex-région Poitou-Charentes n'est plus candidate pour les élections européennes de mai prochain. Ségolène Royal l'a annoncé ce vendredi 11 janvier chez nos confrères de France Inter. 

Ségolène Royal avait pourtant déclaré le 19 décembre dernier qu'elle était prête à participer à une liste, sans en prendre la tête pour "éviter la division" mais elle renonce car aucun accord n'a été trouvé. 

"Ceux qui ont refusé auront des comptes à rendre"

"Je reprends ma liberté de ne pas être candidate", a déclaré Ségolène Royal. Sa candidature était conditionnée aux rassemblements de la gauche mais "un certain nombre de partenaires ont refusé", explique-t-elle. Ségolène Royal ajoute : "Je suis désolée que cette union, ce rassemblement ne se fassent pas parce que nous avons devant nous des défis absolument considérables."

Ségolène Royal regrette cette situation et déclare que les candidats de la gauche qui ont refusé de s'allier "auront je pense des comptes à rendre. Car si au lendemain des élections européennes, nous avons un chaos au niveau du Parlement européen, une forte montée en puissance des nationalismes, parce qu'il n'y aura pas eu d'offres politiques enthousiasmantes crédibles, ce sera de la responsabilité de ceux qui ont fait passer l'esprit d'appareil et les ego avant le rassemblement au service d'un idéal et d'une cause. Ce choix politique est une faute grave à un moment de basculement, vers le pire ou vers le meilleur". 

Choix de la station

France Bleu