Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Séisme politique à Quimper : la gauche perd la mairie

dimanche 30 mars 2014 à 20:30 - Mis à jour le dimanche 30 mars 2014 à 21:40 Par Typhaine Morin, France Bleu Breizh Izel

La droite a remporté son pari ce dimanche à Quimper. Et c’est un coup de massue pour le maire sortant socialiste et proche de François Hollande : Bernard Poignant perd la mairie.

A la mairie de Quimper, avant l'annonce des résultats
A la mairie de Quimper, avant l'annonce des résultats © Radio France

Et les premiers résultats sont sans équivoque : Ludovic Jolivet, le candidat de l’UMP/Modem, est en tête avec 56,65 % des voix, contre 43,35 % pour le maire sortant, le socialiste Bernard Poignant. Une "claque" pour le socialiste. 

Ludovic Jolivet à propos du retentissement national de sa victoire

L’UMP Ludovic Jolivet, arrivé en tête au 1er tour dimanche dernier avec 29,31 % des voix. Entre les deux tours, il a fusionné sa liste avec celle de la candidate du Modem, Isabel Le Bal, qui avait décroché 14,93 % des voix. 

C’est un coup de tonnerre pour la gauche dans le Finistère et à Quimper en particulier. Bernard Poignant était arrivé en deuxième position dimanche dernier, avec 27,90 %. La fusion de sa liste avec les écologistes n’aura pas suffi pour conserver la majorité municipale. Dans sa déclaration à l'issue de sa défaite, Bernard Poignant a reconnu la victoire "nette et franche" se son concurrent. 

Bernard Poignant : \"la victoire de Ludovic Jolivet est nette et franche\"

 

 

Et dans cette majorité, Bernard Poignant y était depuis 1989. Depuis, il a gravi les échelons du Parti socialiste. Proche de François Hollande, il est devenu son plus proche collaborateur quand le socialiste a remporté la présidentielle. Entre les deux tours, Bernard Poignant avait déserté le palais de l’Elysée. Les électeurs quimpérois ont sanctionné cette proximité avec le chef de l’Etat.