Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Élections sénatoriales 2020

Élections sénatoriales en Haute-Vienne : on vous dit pourquoi le scrutin de dimanche est inédit

-
Par , France Bleu Limousin

Les élections sénatoriales se déroulent dimanche et permettront de désigner deux sénateurs en Haute-Vienne parmi dix candidats. Très classiques jusqu'à présent, ces élections sénatoriales prennent une tournure et des enjeux particuliers, en raison notamment de la candidature du maire de Limoges.

Les élections sénatoriales permettront de désigner deux sénateurs en Haute-Vienne et deux sénateurs en Corrèze dimanche - illustration
Les élections sénatoriales permettront de désigner deux sénateurs en Haute-Vienne et deux sénateurs en Corrèze dimanche - illustration © Maxppp - Vincent Isore

Les élections sénatoriales se déroulent dimanche 27 septembre dans 59 départements et quatre collectivités d'outrer-mer. Ces élections, très classiques jusqu'à présent en Haute-Vienne, revêtent cette année une tournure et des enjeux particuliers. Les grands électeurs devront désigner deux sénateurs dans un contexte politique renouvelé du fait, notamment, de la candidature du maire LR de Limoges Emile-Roger Lombertie.

La droite se retrouve face à un double enjeu

En effet, la droite est, pour la première fois, en position d'atteindre le Sénat en Haute-Vienne, alors cette candidature devient pour elle un double enjeu. En premier lieu, elle permettra de connaître l'implantation profonde du parti Les Républicains dans le département car les grands électeurs sont, avant tout, les maires et conseillers municipaux de tout le territoire. Le socle électoral de Limoges ne suffit pas.

A la mairie de Limoges, quid de l'après-Lombertie ?

L'autre enjeu, c'est l'après-Lombertie à la mairie de Limoges car, s'il est élu sénateur, Emile-Roger Lombertie ne peut pas rester maire en application de la loi sur le non-cumul des mandats. Incontestablement, la majorité municipalité est fragilisée par cette candidature car les conseillers municipaux ne la voyaient pas venir et, surtout, les électeurs limougeauds non plus. L'union de la droite et du centre doit donc tout faire pour ne pas se fissurer.

A côté de la droite, le sénateur centriste sortant Jean-Marc Gabouty joue simplement la continuité. Fragilisé, tout de même, après la désillusion des municipales à Couzeix, commune dont il est resté maire de longues années. La liste dont il faisait partie a été battue au second tour fin juin.

Les socialistes garderont-ils le soutien des grands électeurs ?

Quant au parti socialiste, lui joue le renouvellement derrière Marie-Françoise Pérol-Dumont qui met un terme à sa carrière politique après avoir été députée de la Haute-Vienne, présidente du conseil départemental puis sénatrice depuis 2014. Pour les socialistes aussi, l'enjeu est important. Le PS est-il en perte de vitesse jusqu'à perdre des soutiens parmi les grands électeurs en Haute-Vienne ? C'est bien la principale question pour la gauche qui, là encore, est désunie puisque communistes et écologistes partent chacun de son côté.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess