Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Mort de Jacques Chirac

Serge Lepeltier se souvient d'un Jacques Chirac, vraiment soucieux de l'intérêt général

-
Par , France Bleu Berry

L'ancien maire de Bourges fut ministre de Jacques Chirac durant un peu plus d'un an en 2004, et responsable du RPR. Il se souvient de l'ancien président.

Serge Lepeltier, ancien ministre de l'écologie sous Jacques Chirac
Serge Lepeltier, ancien ministre de l'écologie sous Jacques Chirac © Maxppp - Thomas Padilla

La réaction de Serge Lepeltier, ancien maire de Bourges, également  ministre sous la présidence de Jacques Chirac. Serge Lepeltier fut ministre de l'écologie durant un peu plus d'un an en 2004 et proche de Chirac au RPR puisqu'il en fut le dernier secrétaire général. Il  participa à la création de l'UMP, voulue par Jacques Chirac. Mais ce qui marque Serge Lepeltier, c'est la prise de conscience progressive de l'écologie par Jacques Chirac.

On était au début des actions contre le réchauffement climatique, mais il y était extrêmement favorable

A l'époque, on commençait à peine à croire au réchauffement climatique. A ses yeux, Jacques Chirac a su évoluer sur cette question de l'écologie : " Progressivement, il y est venu. On était au début des actions contre le réchauffement climatique, mais il y était extrêmement favorable. Souvenons-nous de son discours au sommet de la terre de Johannesburg, en 2002. Il avait mis en garde avec cette expression marquante qu'il avait reprise : notre maison brûle et nous regardons ailleurs. Et lorsque j'étais ministre, il y a eu le lancement du premier plan santé et environnement. Mais ce que j'ai profondément ressenti en lui, c'est cet intérêt général pour l'ensemble de la population et non pas d'une partie par rapport à une autre."

"De même lorsque je n'ai pas été reconduit comme ministre, il a tenu à me rencontrer . C'est lui-même qui a souhaité me voir en tête à tête pour en parler. Il restait toujours positif à l'égard des personnes qui avaient travaillé avec lui et attachait de l'importance à conserver ce lien avec elles."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess