Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

"Si Valls n'est pas élu, je me tournerai évidemment vers Emmanuel Macron" dit Pascal Terrasse

lundi 23 janvier 2017 à 9:00 Par Florence Beaudet, France Bleu Drôme Ardèche

Le député socialiste de l'Ardèche ne soutiendra pas Benoît Hamon s'il remporte la primaire de la gauche dimanche prochain. Si Manuel Valls était battu, l'Ardéchois rejoindrait Emmanuel Macron. Il l'a annoncé ce lundi matin sur France Bleu Drôme Ardèche.

Pascal Terrasse aux côtés de Manuel Valls lors de l'inauguration du commissariat d'Aubenas en Ardèche le 5 juillet 2013.
Pascal Terrasse aux côtés de Manuel Valls lors de l'inauguration du commissariat d'Aubenas en Ardèche le 5 juillet 2013. © David Meilhac - Radio France

La fracture ouverte au sein du Parti socialiste est-elle définitive ? Benoît Hamon est arrivé nettement en tête devant Manuel Valls qu'il affrontera au second tour de la primaire. S'il l'emporte dimanche prochain, pourra-t-il rassembler son camp ? Rien n'est moins sûr. Combien d'élus quitteront alors le parti socialiste ?

►Lire aussi : Benoît Hamon en tête en Drôme et en Ardèche

Le député socialiste ardéchois Pascal Terrasse a annoncé ce lundi matin sur France Bleu Drôme Ardèche son choix qui sera sans équivoque : "si Manuel Valls n'est pas élu, je me tournerai évidemment vers Emmanuel Macron."

Pascal Terrasse envisage de retrouver son "ami Macron" si Valls ne l'emporte pas

Pour lui, le programme de Benoît Hamon n'est pas réaliste : "moi, je suis résolument dans le camp des réformateurs, je ne veux pas m'enfermer dans une logique d'incantation pour ensuite faire le contraire quand on est en responsabilité."

►Réécouter l'intégralité de son interview ce lundi matin sur France Bleu Drôme Ardèche

  - Visactu
© Visactu -