Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

SONDAGE – Municipales à Nîmes : la liste de Jean-Paul Fournier donnée en tête au 1er tour

-
Par , France Bleu Gard Lozère

Un sondage Ipsos Sopra-Steria pour France Bleu Gard Lozère et La Gazette de Nîmes donne Jean-Paul Fournier, maire sortant de Nîmes, largement en tête au 1er tour des élections municipales de mars 2020. Il devancerait Daniel Richard (EELV-PS-LFI) et Yoann Gillet (RN), tous deux au coude-à-coude.

Jean-Paul Fournier, candidat à sa propre succession à la mairie de Nîmes
Jean-Paul Fournier, candidat à sa propre succession à la mairie de Nîmes - JC Azria

À Nîmes, Jean-Paul Fournier brigue un quatrième mandat consécutif. Élu depuis mars 2001, le maire LR sortant n’a pas encore présenté la totalité de sa liste qui sera normalement renouvelée à 45%. Selon les premiers enseignements du sondage Ipsos Sopra-Steria, pour France Bleu Gard Lozère et La Gazette de Nîmes, il apparaît nettement en tête des intentions de vote au premier tour des élections municipales le 15 mars 2020. 

L’élan écologiste

Pour le maire sortant, c’est un boulevard qui semble se dessiner. La liste de Jean-Paul Fournier est créditée de 34% des suffrages au 1er tour. À 74 ans, il a choisi de renouveler profondément sa liste, et son bilan est jugé très positif après trois mandats. Il peut a priori dormir tranquille. Loin, très loin derrière lui, se retrouvent deux autres candidats.

En deuxième position, Daniel Richard est la véritable révélation de ce scrutin. Avec 20% d’intentions de vote, le candidat écologiste rassemble des électeurs certainement plus concernés désormais par les enjeux environnementaux. L'ancien président du WWF récolte aussi les fruits de son accord avec La France Insoumise, le Parti socialiste et les autres formations de gauche, en particulier Jean-Paul Boré (+ de 9% des voix au 1er tour des municipales à Nîmes il y a six ans). 

Les intentions de vote au 1er tour des élections à Nîmes selon le sondage Ipsos Sopra- Steria pour France Bleu Gard Lozère et La Gazette de Nîmes - Radio France
Les intentions de vote au 1er tour des élections à Nîmes selon le sondage Ipsos Sopra- Steria pour France Bleu Gard Lozère et La Gazette de Nîmes © Radio France - Ipsos Sopra- Steria

Pour le Rassemblement national, qui dispose pourtant d’une assise solide à Nîmes, la projection n’est a priori pas à la hauteur des espoirs de Yoann Gillet. L'élu nîmois ne rassemble que 19% des suffrages au 1er tour. En 2014, il avait approché les 22% au premier tour. Perte de vitesse ? Il semble quand même avoir encore de la marge.

Pour Yvan Lachaud, c’est carrément la douche froide. Le président de l’agglo Nîmes-Métropole atteint tout juste la barre des 15% d’intentions de vote. Il a beau avoir été le premier à se lancer, déclarant sa candidature il y a plus d'un an, Yvan Lachaud ne décolle pas, alors qu'il a aussi réussi à gagner le soutien de La République en Marche, du MoDem et de l’UDI. 

Le Parti communiste a longtemps espéré une grande union de la gauche, avec le PS et LFI. Il se retrouve finalement seul. Mais Vincent Bouget, tête de liste en binôme avec Jo Menut, tire malgré tout son épingle du jeu. Sur ce sondage, il rassemble 7% des intentions de vote au 1er tour. 

Enfin, s’est-il lancé dans la danse trop tard à force peut-être d’attendre (en vain) le soutien de LREM ? David Tebib plafonne pour l’instant à 5% des suffrages au 1er tour. 

Un maire sortant très connu et apprécié, même de ses adversaires

C’est la force et la carte maîtresse de Jean-Paul Fournier à l'approche de ces élections municipales. Déjà, tout le monde ou presque le connaît (90% des sondés). Parmi ses adversaires politiques, seul Yvan Lachaud bénéficie lui aussi d’une côte de popularité significative (65%), mais le directeur du groupe scolaire privé Emmanuel-d’Alzon est aussi le candidat le plus "clivant". Yvan Lachaud souffre ainsi d’une "mauvaise opinion" aux yeux des électeurs à plus de 25%. 

Malgré son bon score, Daniel Richard est également encore très peu connu (20% des sondés seulement déclarent le connaître). Et c’est encore plus curieux pour le candidat RN, Yoann Gillet, qui bénéficie de seulement 32% de notoriété alors qu’il est élu municipal. Quant à David Tebib, le président de l’USAM, le club de handball de la ville, il part seul et, malgré une grosse débauche d'énergie, souffre lui aussi d’un flagrant déficit de notoriété. Près de huit électeurs sur 10 déclarent ne pas le connaître.

Notoriété et popularité des personnalités nîmoises avant le 1er tour des élections municipales 2020, selon un sondage Ipsos Sopra-Steria pour France Bleu Gard Lozère et La Gazette de Nîmes  - Radio France
Notoriété et popularité des personnalités nîmoises avant le 1er tour des élections municipales 2020, selon un sondage Ipsos Sopra-Steria pour France Bleu Gard Lozère et La Gazette de Nîmes © Radio France - Ipsos Sopra-Steria

Selon cette enquête, les Nîmois plébiscitent le bilan de la municipalité sortante de Jean-Paul Fournier. Près des trois quarts des personnes interrogées (72%) estiment le travail accompli depuis 2014 bon, voire excellent. C’est bien au-dessus de la moyenne nationale (63%) dans les villes de plus de 50.000 habitants. Ce sont assez logiquement les habitants qui se déclarent proches des listes LR qui sont les plus favorables (93%) au bilan de Jean-Paul Fournier, mais les électeurs proches de LREM et du MoDem (84%), tout comme ceux qui ont l’intention de voter pour David Tebib (70%), se déclarent également très satisfaits du dernier mandant du maire sortant.

La sécurité, priorité des Nîmois

Parmi les attentes des sondés, la sécurité est clairement la préoccupation majeure des Nîmois. Pour 44% d’entre eux, c’est le sujet majeur des élections, à l'image d'ailleurs de ce que l’on peut retrouver partout ailleurs en France dans les villes de plus de 50.000 habitants. Le deuxième thème le plus souvent évoqué est celui de la circulation et du stationnement (38%), devant l’environnement et la lutte contre la pollution (31%). La propreté arrive en quatrième position (29%), devant le soutien à l’emploi (26%) alors que le taux de chômage à Nîmes dépassait les 11% de la population active en 2019. Viennent ensuite les transports en commun (23%), le logement (21%) et les écoles (18%).

Il y a trois autres candidats déclarés dans cette course à l'élection municipale à Nîmes : Jacques Armando (Debout la France), Stéphane Gili (Parti Animaliste) et Michel Severan (Citoyens de France).

*Sondage réalisé par téléphone du 14 au 18 janvier 2020 auprès d’un échantillon de 603 personnes inscrites sur les listes électorales de Nîmes, constituant un échantillon représentatif des habitants de Nîmes âgés de 18 ans et plus.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu