Politique

Isère : SOS Racisme porte plainte après les déclarations du maire de Charvieu-Chavagneux

Par Xavier Demagny, France Bleu Isère mercredi 9 septembre 2015 à 18:51

"Touche pas à mon pote", slogan de SOS Racisme.
"Touche pas à mon pote", slogan de SOS Racisme. © Max PPP

SOS Racisme en Rhône-Alpes a décidé de porter plainte après les déclarations de Gérard Dezempte. Ce mercredi matin, sur l'antenne de France Bleu Isère, le maire de Charvieu-Chavagneux, en Isère, s'est dit favorable à l'accueil de réfugiés, mais seulement les réfugiés chrétiens.

 SOS Racisme en Rhône Alpes a donc finalement décidé de porter plainte. Une plainte contre le conseil municipal, de Charvieu Chavagneux en Isère, pour incitation a la haine raciale et à la discrimination. 

Ce mercredi, dans France Bleu Isère Matin, Gérard Dezempte s'est déclaré favorable à l'accueil de réfugiés, mais seulement des réfugiés chrétiens. "Je n'ai jamais vu un chrétien décapiter son patron", justifie l'élu. Mardi soir, le conseil municipal de la commune a même voté une délibération en ce sens.

Des propos qu'Amar Thioune, le responsable régional de SOS Racisme, a jugé "scandaleux". Il ne se dit "pas surpris" par cette sortie. "Ce n'est pas la première fois, souligne Amar Thioune, je ne suis pas du tout surpris par cette déclaration, j'étais même surpris qu'il n'ait pas encore réagit !"

INTERVIEW | Amar Thioune : "Je ne suis pas surpris"

 L'association va également saisir le tribunal administratif, pour faire annuler cette délibération juge quelle discriminatoire et demande même au préfet de l'Isère d'invalider la décision.

Les Verts saisissent le Procureur de la République et demandent la révocation du maire

Chez les Verts, plusieurs élus ont adressé un courrier au Procureur de la République de Grenoble. Ils dénoncent des propos "susceptibles de constituer des infractions pénalement sanctionnées".  Parmi eux Michèle Bonneton, députée de l'Isère, Pierre Mériaux, conseiller régional, et Yann Mongaburu, conseiller municipal grenoblois estiment que la délibération de la commune de Charvieu-Chavagnieux est discriminatoire. Ils ont aussi demandé au Préfet de l’Isère la révocation du Maire de Charvieu-Chavagneux et des adjoint-es qui ont voté la délibération. Délibération, dont ils souhaitent aussi l'annulation.

À gauche, la plus virulente des réactions vient d'Erwan Binet, député et conseiller départemental socialiste. Il dénonce des propos racistes : "Gérard Dezempte ne connait rien aux valeurs chrétiennes, ni aux valeurs républicaines." Erwan Binet pour qui on ne pas trier les bons et les mauvais réfugiés. Le Parti socialiste s'est aussi indigné du "tri haineux qu'effectue M. Gezempte".    

Réactions timides à droite

A droite, on ne se bouscule pas pour réagir. Le maire "Les Républicains" de Vienne Thierry Kovacs, explique simplement qu'il est, à titre personnel, favorable à l'accueil des réfugiés et ce quelque soit leur religion. Mais il ne commente pas les propos du maire de Charvieu-Chavagneux. Pas plus que Jean-Pierre Barbier, le président du Conseil départemental de l'Isère. Gérard Dezempte, appartient pourtant à la majorité départementale.