Politique

Soupçonné de conflit d'intérêts, Aquilino Morelle démissionne de l'Élysée

Par Marina Cabiten, France Bleu vendredi 18 avril 2014 à 12:27 Mis à jour le vendredi 18 avril 2014 à 16:10

Aquilino Morelle nie tout conflit d'intérêt
Aquilino Morelle nie tout conflit d'intérêt © MaxPPP

Vendredi, Aquilino Morelle a annoncé sa démission. Le proche conseiller de François Hollande est accusé de conflit d'intérêts par le site d'information Mediapart. Il nie toujours ces attaques.

Aquilino Morelle n'est plus conseiller à l'Élysée. Il a annoncé sa démission vendredi, au lendemain des accusations de conflit d'intérêts lancées par le site d'information Mediapart. Cette décision n'est pas un aveu de culpabilité, précise celui longtemps connu comme étant la plume du président. Dans le communiqué annonçant sa démission, il écrit : "Je veux redire que je n'ai commis aucune faute. Je n'ai jamais été en situation de conflits d'intérêts" . S'il choisit de quitter le palais, c'est pour "être entièrement libre de répondre (aux) attaques"

Pas de preuve

"Depuis 48 heures, je dois faire face à des insinuations et des allégations qui visent à mettre en cause mon honneur" affirme encore Aquilino Morelle, qui dit avoir aussi pris cette décision "pour ne pas gêner l'action du président de la République, du gouvernement et de la majorité, dans un moment particulièrement difficile de la vie du pays" .Selon le site d'information Mediapart, le conseiller élyséen a touché en 2007 12.500 euros d'un laboratoire danois pour lequel il a travaillé, alors qu'il était à l' Inspection générale des Affaires sociales. Vendredi, l'organisme a assuré ne pas avoir délivré d'autorisation à Aquilino Morelle pour travailler dans l'industrie pharmaceutique. L'intéressé affirme le contraire, mais sans en fournir la preuve.

Son supérieur hiérarchique de l'époque, l'ancien patron de l'Igas André Nutte, avait évoqué vendredi "de fortes présomptions pour qu'il y ait manquement à la déontologie" .

Le spectre Cahuzac

Dans la foulée, la Haute autorité pour la transparence de la vie publique a lancé une enquête sur "les déclarations d'intérêts et de patrimoine" du conseille politique. Le porte-parole du Parti socialiste, Olivier Faure, a salué la réactivité du président de la République.

Depuis Clermont-Ferrand où il était en visite officielle, François Hollande a déclaré qu'Aquilino Morelle avait "pris la seule décision qui s'imposait" afin d'éviter toute "confusion" . Et d'ajouter : "Je ne suis pas juge de ce qu'il a fait avant" d'être à l'Elysée, "ce qu'il a fait avant, il a à en répondre, ça revient à lui et à lui seul, c'est ce qu'il a compris en présentant sa démission, que j'ai acceptée immédiatement" .

Cette affaire fait planer l'ombre Cahuzac sur le gouvernement. Il y a à peine plus d'un an, le ministre du Budget démissionnait après la révélation de ses comptes bancaires à l'étranger. Mais il avait dans un premier temps refusé de quitter le gouvernement et nié l'existence de ses comptes avant de tout avouer. L'attitude du gouvernement dans ce dossier a été critiquée par l'UMP, et a fait l'objet d'une commission d'enquête qui a finalement conclu qu'il n'y avait pas eu de dysfonctionnement de l'État.