Politique

Vente du stade Geoffroy-Guichard : "Geoffroy-Guichard n'a pas de prix" (Gaël Perdriau)

Par Julien Corbière, France Bleu Saint-Étienne Loire et France Bleu mardi 21 mars 2017 à 13:36

Gaël Perdriau invité ce mardi matin de France Bleu Saint-Étienne Loire
Gaël Perdriau invité ce mardi matin de France Bleu Saint-Étienne Loire © Radio France -

VIDÉO | Pour la première fois depuis la sortie du Président de l'ASSE dans l'Équipe, le maire de Saint-Étienne répond à Roland Romeyer. S'il ne ferme pas complètement la porte, on comprend qu'il n'est pas franchement vendeur. Il lance une mission de réflexion sur le sujet.

Gaël Perdriau, le maire Les Républicains de Saint-Étienne, était ce mardi matin l'invité de France Bleu Saint-Étienne Loire. Près d'une semaine après les déclarations fracassantes du Président de l'ASSE, Roland Romeyer, dans les colonnes du quotidien l'Équipe, il a notamment répondu à propos de la vente du stade Geoffroy-Guichard. Le club veut l'acheter, le moins cher possible évidemment, mais aujourd'hui l'hypothèse d'une vente rapide semble bien s'éloigner pour plusieurs raisons : Gaël Perdriau n'a pas apprécié la manière dont Roland Romeyer l'a interpellé, pour l'instant les domaines n'ont pas fait connaître les conclusions de leur estimation (ndlr : on ne sait donc pas combien vaut Geoffroy-Guichard), et puis surtout le maire de Saint-Étienne lance une mission de réflexion sur le sujet.

Une mission qui prendra du temps

Le maire de Saint-Étienne a chargé de Président de Conseil de Développement de la Métropole de réfléchir. Il va aussi auditionner les anciens maires de Saint-Étienne, Michel Thiollière et Maurice Vincent. Bref, c'est un travail de fond et de longue haleine qui commence. On est très loin de la décision rapide attendue par Roland Romeyer. Officiellement, les négociations entre le maire et le club doivent commencer le 7 avril.

FBSEL : Avez-vous eu Roland Romeyer au téléphone depuis la semaine dernière ?

Gaël Perdriau : Je crois que sur un sujet aussi important, on ne peut pas débattre par médias interposés. Moi j'ai appris la volonté d'acquérir le stade par le club en lisant l'Équipe l'été dernier, pas sur la plage mais presque, c'était le 15 août. Il faut qu'on se retrouve autour d'une table et qu'on discute de manière sereine. C'est sujet trop important pour le faire autrement.

FBSEL : Ca va loin. Il vous compare à un "maquignon" ?

Gaël Perdriau : Voyez ce qui arrive. On devient excessif et on a des paroles qui dépassent les pensées. Moi j'ai beaucoup de respect pour Roland Romeyer et Bernard Caïazzo. Je suis très attaché à la ville, au club parce qu'il fait partie de l'histoire de la ville. Et je ne ferai rien qui n'aille pas dans l'intérêt de Saint-Étienne, ou dans l'intérêt de l'ASS.

FBSEL : Etes-vous vendeur aujourd'hui ?

Gaël Perdriau : Non, moi je ne demande rien. C'est l'ASS qui souhaite acheter parce qu'il pense que ça l'aidera à progresser. On a des exemples, Arsenal ou Lyon, qui sont propriétaires du stade. C'est pas pour autant que les résultats suivent. Il y en d'autres, comme le PSG ou Monaco, qui ne sont pas propriétaires et qui ont des résultats exceptionnels.

FBSEL : Donc vous n'êtes pas vendeur ?

Gaël Perdriau : Je ne suis pas quelqu'un qui balaye d'un revers de main une question qu'on me pose. Si ça peut effectivement faire progresser l'ASSE, je ne vais pas dire non à priori. Donc je veux étudier la question. Et pour y voir plus clair et mettre un peu d'objectivité dans ce dossier, j'ai demandé au Président de Conseil de Développement d'analyser cette question et de faire émerger des pistes et des propositions. Je souhaite également que soient auditionnés mes prédécesseurs, les anciens maires de Saint-Étienne. C'est une question qui est dans les tripes de notre ville, je ne vais pas la traiter par-dessus la jambe.

FBSEL : Donc a va demander leur avis à Maurice Vincent, à Michel Thiollière ?

Gaël Perdriau : Oui je souhaite savoir ce qu'ils en pensent comme je souhaite avoir l'avis d'anciens présidents. Je souhaite à tout prix donner les moyens au club de progresser. Je ne suis pas convaincu à ce jour que cela passe uniquement par la vente du stade. Et si ça doit l'être, je veux que les intérêts de la collectivité soient préservés. Je veux le faire dans l'intérêt du club, et pas forcément des actionnaires. Eux passent...le club reste. Et quand le club était en très grande difficulté à la fin des années 1990, je rappelle que c'est la ville de Saint-Étienne qui l'a sauvé.

FBSEL : Ca vaut combien Geoffroy-Guichard ?

Gaël Perdriau : Ca n'a pas de prix.

Le maire de Saint-Étienne s'est également exprimé sur les démolitions en cours à Saint-Étienne et sur la présidentielle. Il a répété qu'il ne soutenait plus François Fillon. Concernant son vote du 23 avril prochain, il n'a pas dit non quand on lui a demandé s'il pourrait voter blanc ou même Emmanuel Macron.

RETROUVEZ L'INTÉGRALITÉ de l'interview ICI.