Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique
Dossier : Les élections municipales sur France Bleu Isère

Les municipales de 2020 à Grenoble en ligne de mire pour Stéphane Gémmani

-
Par , , France Bleu Isère

Conseiller régional d'opposition, Stéphane Gemmani présente les premières conclusion de son club de réflexion politique, Grenoble 2020. Il entretient aussi le suspens sur une éventuelle candidature aux prochaines élections municipales.

Conseiller régional d'opposition, Stéphane Gemmani fonde le collectif Grenoble 2020... en pensant aux prochaines élections municipales ? © Radio France - Alexandre Lepère
Conseiller régional d'opposition, Stéphane Gemmani fonde le collectif Grenoble 2020... en pensant aux prochaines élections municipales ? © Radio France - Alexandre Lepère -

Grenoble, France

Membre de l'équipe municipale de Michel Destot entre 2008 et 2014, Stéphane Gemmani est désormais élu au conseil régional dans l'opposition à Laurent Wauquiez. Membre du rassemblement citoyen Cap21 (centre-gauche), il anime Grenoble 2020, un collectif issu de la société civile. Dans le viseur bien évidemment les prochaines élections municipales prévues dans deux ans.

L'invité de France Bleu Isère matin, 7h50- Conseille régional d'opposition, Stéphane Gemmani lance le collectif Grenoble 2020

Le mouvement Grenoble 2020 avant tout, pour l'instant

Pour autant  Stéphane Gemmani entretient le suspens sur ses réelles intentions pour 2020. "C'est prématuré" indique t-il. "Je prépare les conditions d'une réflexion liée au mouvement Grenoble 2020. J'ai ce devoir d'imaginer.

Candidat ou non, Stéphane Gemmani s'impose en tout cas dans le paysage politique grenoblois, avec un programme organisé autour de 100 propositions réparties en quatre thématiques. Parmi elles, une réflexion sur la rocade nord. Avec cette Arlésienne : le tunnel sous la Bastille. "Grenoble est une ville saturée par les transports : je ne veux pas qu'on s'interdise de réfléchir" répond l'intéressé.

Mais comme un symbole, l'appel "En Mars" est un clin d’œil évident à l'appellation lancée à l'automne 2016 par Emmanuel Macron, quelques mois avant son élection. Parmi les soutiens de la première heure, Stéphane Gemmani a depuis pris du recul sur le président de la République.  Il nie toute frustration, mais on se souvient qu'il briguait une candidature En Marche! lors des élections sénatoriales en vain. "Je n'ai pas de rancœur, vu comment tout cela s'est mis en place : juste quelques déceptions humaines. Je suis quelqu'un de sensible, sinon je n'aurais pas eu ce parcours" précise le fondateur du Samu social de Grenoble."

"Ce qui me plaît, c'est le principe d'une équipe. La monarchie républicaine ne m'intéresse pas."

Penser collectif

Mais candidature ou non, d'autres personnages émergent déjà du lot au côté de Stéphane Gemmani. De la majorité présidentielle LREM, le député Olivier Véran est un profil crédible.  Les regards sont aussi tournés vers Matthieu Chamussy. Le chef de file de la droite à Grenoble est un soutien de Bruno Lemaire. Fera-t-il le même chemin que celui qui a quitté ''Les Républicains" après son échec à la primaire de la droite pour rejoindre le gouvernement ? Il est là encore un peu tôt pour le dire mais Matthieu Chamussy vient de lancer lui aussi un club "Grenoble nous rassemble" et il a le profil d'un Macron-compatible. 

De son côté, Stéphane Gemmani ne veut pas d'une course impitoyable. "Nous sommes dans un mouvement de coalition. Si nous voulons faire un pas dans le nouveau monde, il faudra faire un bilan de ce qui nous rassemble plutôt que ce qui nous désunit."                           

"L'idée des municipales ce n'est pas de savoir qui va s'asseoir dans le fauteuil du maire. C'est de savoir qui va être capable d'animer une équipe municipale"

Choix de la station

France Bleu