Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Grand débat : "Ce sont des années et des années d'attente de nos concitoyens" pour Stéphane Travert

mercredi 16 janvier 2019 à 8:52 Par Anthony Raimbault, France Bleu Cotentin

Le député LREM de la Manche Stéphane Travert revient sur France Bleu sur le long échange entre Emmanuel Macron et des élus locaux normands ce mardi dans l'Eure. L'ancien ministre de l'Agriculture s'inquiète aussi d'un possible 'no deal' pour le Brexit.

© Maxppp - IP3 PRESS

Manche, France

Stéphane Travert, député LREM de la circonscription de Coutances-Valognes, a participé au débat qui a duré près de 7 heures ce mardi dans l'Eure entre 600 élus locaux et le président de la République Emmanuel Macron. Il revient sur les annonces et la polémique avec "des gens en situation de difficulté" qui "déconnent" selon les propos du chef de l'Etat. 

En 7h de discussion, est-ce qu’on gomme des mois d’exaspération et même de colère chez les maires ? 

« Non, on commence. C’était le commencement d’une réponse apportée à la colère exprimée par les gilets jaunes. Ce débat était nécessaire. Ce sont des années et des années d’attente de nos concitoyens.  Le président a souhaité répondre à l'ensemble des questions qui lui ont été posées. Hier parfois les maires sont allés assez loin dans le détail, et Emmanuel Macron a voulu démontrer qu’il était dans l’écoute. 

Emmanuel Macron se dit prêt à débattre des 80km/h sur les routes. Personnellement, vous souhaitez revenir sur cette mesure ? 

« Il faut pouvoir évaluer et regarder comment est appliquée la mesure dans les territoires. Est-ce qu’on doit appliquer les 80km/h sur l’ensemble du pays ou sur quelques portions ? Le débat peut être là-dessus. Il faut rouvrir le débat. »

"Une polémique montée de toutes pièces" 

En marge de ce déplacement dans l’Eure, Emmanuel Macron a déclaré  "Les gens en situation de difficulté, on va davantage les responsabiliser car il y en a qui font bien et il y en a qui déconnent ".  Cette phrase vous choque Stéphane Travert ? 

« J’ai eu l’occasion d’en parler avec lui hier soir. C’est une petite phrase qui entraîne une nouvelle polémique montée de toutes pièces… »

C’est quand même important de surveiller son vocabulaire non ? 

« Les mots ont un sens et les mots ont un poids, je l’ai toujours dit. Le président est revenu sur ce sujet hier dans ses réponses aux maires en rappelant que beaucoup de nos concitoyens  sont dans la difficulté. Et dans la difficulté de génération en génération, où on reproduit exactement les mêmes modèles. Et c’est de cette ‘assignation à résidence’ qu’il faut sortir un bon nombre de nos concitoyens qui sont dans la difficulté.  »

"Le gouvernement s'est préparé à un 'no deal' "

Les députés britanniques ont dit ‘non’ à l’accord sur le Brexit. On est dans le pire scénario, avec des conséquences pour la Manche et notamment pour nos pêcheurs ? 

« Ce n’est pas une bonne nouvelle. Il reste trois solutions : refaire un référendum, demander un délai supplémentaire et donc la Grande-Bretagne pourrait rester dans l’Europe encore un peu le temps de préparer sa sortie. La troisième solution qui serait la pire c’est celle du ‘no deal’ (sortie sans accord). Le gouvernement s’y est préparé à travers un projet de loi qui donne la possibilité de prendre des mesures liées à nos pêcheurs et la circulation des biens et des marchandises entre nos deux pays. Mais cette perspective, on ne la souhaite pas. »