Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Strasbourg : une soixantaine d'élus alsaciens devant le Parlement Européen

Une soixantaine d'élus alsaciens se sont rassemblés ce lundi après-midi devant le Parlement Européen pour demander un retour des sessions parlementaires à Strasbourg. Cela fait plus d'un an qu'elles se tiennent à Bruxelles à cause de la crise sanitaire.

Une soixantaine d'élus alsaciens mobilisés pour le retour du Parlement Européen à Strasbourg.
Une soixantaine d'élus alsaciens mobilisés pour le retour du Parlement Européen à Strasbourg. © Radio France - Olivier Vogel

Le retour des eurodéputés à Strasbourg. C'est ce qu'on réclamé une soixantaine d'élus alsaciens mobilisés ce lundi 26 avril devant le Parlement Européen. Cela fait plus d'un an que les sessions se tiennent à Bruxelles à cause de l'épidémie de Covid-19. Une situation vécue comme une injustice. 

"Faire respecter les traités"

En tête de cortège, Frédéric Bierry, président de la Collectivité européenne d'Alsace, ne cache pas son inquiétude : "Les parlementaires vont oublier qu'il y a deux lieux pour exercer leur fonction. Je crois qu'il faut montrer notre détermination à faire respecter les traités." Au même moment, la treizième session parlementaire commençait à Bruxelles.

"J'ai l'impression que ça a basculé, regrette l'eurodéputé alsacienne Anne Sander, c'est devenu normal, on annule les sessions les unes après les autres chaque mois."

D'autant que les élus alsaciens estiment que la situation sanitaire n'est pas une raison valable pour justifier ce transfert. Ils misent sur la tenue le 9 mai à Strasbourg de la conférence sur l'avenir de l'Europe pour voir réapparaître les sessions strasbourgeoises, ils espèrent qu'Emmanuel Macron frappera du poing sur la table.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess