Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Subventions régionales : accusé de favoritisme par le PS, Laurent Wauquiez porte plainte pour diffamation

A trois mois des élections régionales, l'opposition socialiste saisit le parquet national financier et la chambre régionale des comptes pour dénoncer le clientélisme de Laurent Wauquiez. Le président de la région AURA retourne l'accusation contre ses adversaires et porte plainte pour diffamation.

Le siège de la région AURA à Lyon
Le siège de la région AURA à Lyon © Maxppp - Joël Philippon

A un peu plus de trois mois du premier tour des élections régionales (le 13 juin prochain), les hostilités sont franchement lancées entre Laurent Wauquiez, le président sortant et l'opposition socialiste.

S’appuyant sur les révélations du site Mediapart, le groupe PS de la région a annoncé, ce jeudi, saisir le Parquet national financier (PNF) sur la question des subventions accordées par le président LR de la région Auvergne Rhône-Alpes. Dans un communiqué au vitriol, Jean-François Debat, président dudit groupe PS et maire de Bourg-en-Bresse affirme que "Laurent Wauquiez a mis en place, dès son élection en 2016, un système opaque de distribution de subventions au profit des territoires de droite afin de garantir sa réélection".

Il y a des territoires qui n'ont pas vocation à être arrosés"

Du clientélisme, selon Mediapart, qui affirme avoir récupéré des enregistrements de réunion où Ange Sitbon, conseiller spécial de Laurent Wauquiez, explique qu’il y a "des territoires qui n'ont pas vocation à être arrosés ».

La Haute-Loire particulièrement bien dotée

Selon l’analyse de nos confrères, les subventions versées par la région sont trois fois plus importantes dans celles administrées par la droite que dans celles gérées par la gauche. Le site explique que la Haute-Loire, fief de Laurent Wauquiez, est le département le mieux traité avec 125,6 euros de subventions régionales en moyenne par habitant contre 10,9 euros pour le Rhône ou 12 pour l’Allier.

L’opposition socialiste ajoute avoir fait elle-même la démonstration que, depuis 2016, l'agglomération du Puy-en-Velay a obtenu près de 120 millions d'euros de subventions et d'investissement public de la Région, soit trois à quatre fois plus que des territoires de même strate. Et pour Jean-François Debat, il ne s’agit pas d’un hasard puisque Laurent Wauquiez fut maire du Puy entre 2008 et 2016. 

Le parquet national financier saisi de l'affaire 

Le chef de file du PS à la Région enfonce le clou en annonçant que son groupe saisit "officiellement le PNF d'éléments nouveaux et de preuves permettant de corroborer _des faits susceptibles d'être qualifiés de détournements de fonds publics_". La Chambre Régionale des Comptes est saisie de ces mêmes faits. 

Les subventions, ce n'est pas l'argent personnel du président" tacle la gauche

"Les subventions, ce n'est pas l'argent personnel du président, il doit y avoir un motif d'intérêt général", explique Jean-François Debat, chef de l'opposition socialiste à la Région. "Là, c'est du favoritisme. Ça fait 4 ans que nous le disons, mais aujourd'hui, on a les preuves et les enregistrements qui le confirment, donc on les met à la disposition du Parquet national financier."

La riposte de Laurent Wauquiez

La contre-attaque de Laurent Wauquiez ne s’est pas fait attendre. Le président de la région AURA annonce déposer "plainte pour diffamation et dénonciation de faits mensongers" et retourne l’accusation contre ses adversaires. Il annonce donc saisir, à son tour, le PNF et la Chambre régionale des comptes "sur la politique menée à l'époque par l'exécutif de Jean-Jack Queyranne",  président socialiste de la région Rhône-Alpes entre 2004 et 2015. Selon Laurent Wauquiez, "la politique d'attribution des aides de la région à  [cette] époque était discrétionnaire au profit uniquement de quelques communes, laissant de côté toutes les petites communes rurales et majoritairement celles qui n'étaient pas de leur sensibilité politique"

Et l'actuel président n'oublie pas de tacler Jean-François Debat en affirmant que sous le mandat Queyranne, "la Ville de Bourg-en-Bresse percevait trois fois plus d’aides de la région que la moyenne de toutes les autres communes [du] territoire."

Mais ça ne surprend pas le principal intéressé. "Nous avions des critères et des niveaux de subventions équilibrés, ce n'est plus le cas aujourd'hui", se défend Jean-François Debat. "Cette accusation, ça montre juste que Laurent Wauquiez est extrêmement ennuyé par cette histoire."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess