Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Suppression de la TVA : Xavier Bertrand veut faire des propositions au Premier ministre Edouard Philippe

-
Par , France Bleu Picardie, France Bleu Nord

Le président des Hauts-de-France, Xavier Bertrand, demande à rencontrer le Premier ministre, Edouard Philippe pour lui proposer des mesures d'amélioration du pouvoir d'achat. Il dit avoir reçu l'engagement d'hypermarchés pour ne pas augmenter les prix sur 100 à 200 produits de première nécessité.

Xavier Bertrand, invité de Questions politiques ce dimanche 17 mars 2019
Xavier Bertrand, invité de Questions politiques ce dimanche 17 mars 2019 © Radio France - CAPTURE D'ECRAN

Invité de Questions politiques sur France Inter, franceinfo et Le Monde, le président de la région Hauts-de-France, Xavier Bertrand, a réagi à de nombreuses questions d'actualité : suppression de la TVA, manifestations pour le climat, violences lors de l'acte 18 du mouvement des gilets jaunes, Brexit. Il demande à rencontrer le Premier ministre, Edouard Philippe. 

Pouvoir d'achat

Il affirme notamment avoir reçu des engagements d'acteurs de la grande distribution, prêts à limiter la suppression de la TVA à une liste de 100 à 200 produits de première nécessité. "Tout ce qui concerne l'alimentation, l'hygiène, et les courses pour bébé, parce que ça coûte un argent fou", a détaillé Xavier Bertrand. "J'ai pris mon téléphone, j'ai appelé Monsieur Leclerc, j'ai appelé Monsieur Bompard de chez Carrefour, (...) et je leur ai dit clairement: 'si la TVA baisse, est-ce que vous êtes prêts à vous engager, pas pour trois mois ou pour six mois, est-ce que vous êtes prêts à vous engager à ne pas augmenter les prix avec une liste qui serait établie? Ils m'ont tous dit : 'oui' ", affirme le président, ex-Les Républicain, des Hauts-de-France. 

L'ancien maire de Saint-Quentin a également rappelé que les prix à la pompe étaient revenus "au même niveau" qu'au début du mois de novembre, et appelé à la ré-instauration d'une taxe flottante sur les carburants. Xavier Bertrand affirme qu'il enverra un courrier au Premier ministre "dans les jours à venir" pour lui détailler ces propositions et lui demander une rencontre. 

Gilets jaunes

Des mesures qui pourraient apaiser les tensions sociales selon le président des Hauts-de-France : "les gens veulent pouvoir remplir leur frigo !". Xavier Bertrand s'est par ailleurs dit "révolté" par les violences qui ont émaillé l'acte 18 de mobilisation des gilets jaunes. "Révolté. Complètement révolté, en se posant la question: pourquoi les forces de l'ordre ne sont pas intervenus. Quelles consignes leur ont été données?", s'est-il interrogé. Il estime que les dégradations commises par de nombreux casseurs samedi étaient l'expression d'une "guerre contre la République".

Brexit, Syrie et poste au gouvernement

Sur la sortie de l'Angleterre de l'Union européenne, Xavier Bertrand s'est dit serein pour les Hauts-de-France. Il estime que la région est prête pour le brexit, "mais pas les britanniques, selon lui. Je demande à Emmanuel Macron de ne pas s'opposer à une prolongation des négociations du Royaume-Uni, même pendant quelques mois (...) des emplois en dépendent !" 

Interrogé sur sa position vis à vis du rapatriement, ou non, des enfants de djihadistes français nés en Syrie, Xavier Bertrand s'est dit favorable a une politique du cas par cas. Il a donné l'exemple des trois petits-enfants de Lydie Maninchedda. La grand-mère qui vit à Libercourt, dans le Pas-de-Calais, et avec qui le président de région est en contact : "une situation très particulière où la maman a été tuée (...) et les enfants [étaient] dans une situation sanitaire très difficile (...) Il a été proposé de les faire revenir chez leur grand mère. Cette décision a un caractère humanitaire et il fallait la prendre". Mais, "il ne peut pas y avoir de généralisation", estime Xavier Bertrand. 

Enfin, le président de la région Hauts-de-France a rappelé son refus de briguer un poste au gouvernement si l'Elysée lui proposait."Si j'arrête avant la fin, c'est le Front national [Rassemblement national, ndlr] qui va se frotter les mains. Aujourd'hui j'ai des premiers résultats dans la région, mais ça n'est pas suffisant." 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess