Politique

Suppression des départements : "une menace pour l'identité savoyarde" selon le président du Conseil général de Savoie

Par Jules Brelaz, France Bleu Pays de Savoie mercredi 9 avril 2014 à 10:45

Hervé Gaymard estime que supprimer des départements serait "une menace pour l'identité savoyarde".
Hervé Gaymard estime que supprimer des départements serait "une menace pour l'identité savoyarde". © Assemblée nationale

Le député et président UMP du Conseil général de Savoie, Hervé Gaymard, juge "inimaginable" la suppression des départements à l'horizon 2021 annoncée mardi par Manuel Valls.

Estimant que "'notre indépendance financière passe aussi par des réformes de structures ", Manuel Valls souhaite simplifier le millefeuille français en diminuant de moitié le nombre de régions d'ici à 2017 et en supprimant les conseils départementaux à l'horizon 2021 . Ce big-bang territorial proposé par le Premier ministre lors de son discours de politique générale devant l'Assemblée nationale provoque une levée de boucliers. Hervé Gaymard , président UMP du conseil général de Savoie, met en garde contre "la négation" de la "politique de proximité" . Claudy Lebreton, le président PS de l'Assemblée des départements de France (ADF) s'est lui dit "abasourdi" après les déclarations de Manuel Valls.

Hervé Gaymard, député UMP et président du conseil général de la Savoie - propos reccueillis par Maxime Bacquié

"On ne peut pas aggrandir les régions et supprimer les départements parce que cela veut dire qu'il n'y a plus de politique de proximité"   —Hervé Gaymard, président UMP du Conseil général de Savoie.

Hervé Gaymard *"appelle solennellement les savoyards à se mobiliser pour que les centres de décision restent en pays de Savoie" . Le député UMP de la deuxième circonscription de Savoie se prononce une nouvelle fois "pour la fusion des deux départements de Savoie qui auraient des compétences supplémentaires"* . La fusion des régions et la suppression des départements se fera sur la base du volontariat dans un premier temps et, en cas d'échec, par la loi, a expliqué Manuel Valls. Le Premier ministre dit toutefois "[mesurer] l'ampleur de ce changement" ajoutant que "ce sera un débat qui devra prendre du temps" . La nouvelle carte de la France "sera établie pour le 1er janvier 2017 "** .