Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique DOSSIER : Contournement de Beynac

Suspension des travaux de Beynac : une "belle victoire" selon Stéphane Bern

samedi 29 décembre 2018 à 8:14 Par Benjamin Fontaine, France Bleu Périgord et France Bleu

Mobilisés depuis plusieurs mois contre le projet, l'animateur de télévision et de radio a réagi à la suspension des travaux de la déviation de Beynac. Il estime que les gens ont eu raison "de se révolter".

Stéphane Bern.
Stéphane Bern. © Maxppp - Maxppp

Ce vendredi 28 décembre, le Conseil d'Etat a décidé de prononcer la suspension des travaux de contournement routier de Beynac. Une douche froide pour le Conseil départemental de la Dordogne et son président Germinal Peiro. Une victoire pour les opposants au projet. Parmi eux, l'animateur Stéphane Bern.

Germinal Peiro "un potentat local"

Depuis plus d'un an, le présentateur de télévision affiche son opposition à la construction de cette route de 3,2 kilomètres. Interpellé sur le sujet lors de plusieurs émissions de télévision, il s'en est régulièrement pris à Germinal Peiro. Interrogé par l'AFP après la décision du Conseil d'Etat il assure que cette décision juridique est "une belle victoire des défenseurs de l'environnement et des amoureux de la Dordogne".  

Une nouvelle fois, Stéphane Bern ne manque pas d'égratigner le président du conseil départemental. "Ce qui est terrifiant, c'est qu'il a continué à bétonner" entre la recommandation de suspension du rapporteur public et l'arrêt du Conseil d'Etat. "Il s'est discrédité". Le spécialiste du patrimoine et des têtes couronnées accuse  une nouvelle fois l'élu de s'être comporté en "potentat local qui a fait pression sur les élus locaux".