Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : Météo France maintient 15 départements en vigilance rouge et 54 en orange

Suspicion autour de l'établissement des procurations à Bandol pour le second tour des municipales

-
Par , France Bleu Provence

Des suspicions autour des procurations établies avant le second tour des élections municipales à Bandol. Un recours a d'ailleurs été déposé par la liste conduite par Marc Bayle, arrivée en deuxième position. C'est Jean-Paul Joseph qui a été réélu au second tour avec 52,52% des voix.

Des questions autour de l'élaboration des procurations à Bandol (illustration)
Des questions autour de l'élaboration des procurations à Bandol (illustration) © Maxppp - T. Bragardis

Le second tour des élections municipales à Bandol s'est soldé par la victoire de Jean-Paul Joseph sur Marc Bayle. 52,52% des voix pour la première liste conduite par le maire sortant contre 47,47 % pour son rival. 229 voix séparent les deux candidats. Un score donc plutôt serré si l'on regarde notamment du côté des procurations, au moins 414 établies, selon un dernier comptage.

Une manne qui aurait donc pu faire basculer une élection dans un sens ou dans un autre. C'est d'ailleurs pour cela que le camp Bayle a déposé un recours dans le délai des cinq jours après la promulgation des résultats.

Le mail qui sème le doute

Un recours parce que l'écart n'est pas énorme mais aussi parce qu'une suspicion existe sur l'établissement de certaines de ces procurations. Plusieurs témoignages recueillis par France Bleu Provence posent question en effet. L'un des plus instructifs est celui d'un homme demeurant à Lyon, dont l'oncle est résidant à Bandol.

Il indique en effet dans un mail, adressé au cabinet du Maire de Bandol, qu'il "désapprouve les méthodes employées pour s'approprier la voix de son oncle".  Et pour appuyer ses dires, il évoque une caméra installée dans la pièce à vivre du membre de sa famille.

La caméra qui trahit

En préambule de son mail, l'auteur indique clairement qu'il ne s'intéresse pas à la politique de cette commune, et que son seul souci, c'est le bien-être de son oncle. D'où la caméra afin de s'assurer que son proche va bien. C'est donc par ce biais qu'il assiste à un rendez-vous. Une femme, se présentant comme infirmière, identifiée comme l'épouse du maire actuelle, qui demande la carte d'identité du vieux monsieur pour établir une procuration.

Elle attend ensuite que la police passe pour l'enregistrer. C'est le cas d'ailleurs, et ça n'est pas ce qui pose question, contrairement à ce qu'évoque le maire réélu pour sa défense. Jean-Paul Joseph qui nie en tous points ces éléments, faisant une mise au point sur sa page facebook : "Souhaitant renouveler son soutien à la liste que j’ai conduit, votre oncle a demandé à Madame LE DOARE de voter à sa place. Cette dernière lui a indiqué que cela n’était possible qu’à la condition de faire établir une procuration par un officier de police judiciaire qui se déplacerait à son domicile. En sa qualité de professionnelle responsable mais également compte tenu des liens qui nous unissent, puisque madame LE DOARE est ma compagne, elle a souhaité que les formalités de la procuration s’établissent avec la plus grande rigueur et a donc attendu la venue de cet officier de police judiciaire" écrit l'élu. 

"Foutez lui la paix"

Ce qui interroge l'auteur du mail, c'est l'aptitude de son oncle à comprendre et signer cette procuration en toute conscience. D'autant que le rédacteur indique qu'il n'a "pas vu de médecin pour le certificat médical afin de valider cette procuration".  Un autre témoignage que France Bleu Provence a consulté fait état de la volonté du nonagénaire de ne pas voter.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess