Politique

Syrie, Impôt, Code du travail, Matmut Atlantique : Alain Juppé fait le point à Bordeaux

Par Xavier Ridon, France Bleu Gironde lundi 7 septembre 2015 à 19:41

Alain Juppé lors de la conférence de rentrée à Bordeaux Métropole.
Alain Juppé lors de la conférence de rentrée à Bordeaux Métropole. © Radio France - Yves Maugue

Pour sa conférence de rentrée, Alain Juppé a jonglé entre une situation internationale critique et une situation locale réjouissante. Le président de Bordeaux Métropole a alterné les commentaires tantôt sympathiques tantôt critique à l'égard de la politique de François Hollande.

Alain Juppé entame une année politique bien remplie avec à l’horizon les primaires du parti Les Républicains pour les élections présidentielles. L'ancien premier ministre et ancien ministre des affaires étrangères fait entendre sa voix sur les dossiers brûlants de la rentrée.

► A lire sur francebleu.fr : Impôts, migrants, Syrie : ce qu'il faut retenir de la conférence de presse de François Hollande

Accueillir 24.000 réfugiés : "un chiffre modéré et acceptable"

Le président de la République a déclaré dans la matinée que la France allait accueillir 24 000 réfugiés dans les deux prochaines années. Depuis des semaines, des milliers de réfugiés fuient le Moyen-Orient pour rejoindre l'Europe de l'Ouest et notamment l'Allemagne et la France. Alain Juppé juge ce chiffre "modéré et acceptable" avant de rappeler que Bordeaux Métropole accueillait des réfugiés à deux endroits. C'est aussi en ce sens qu'une centaine d'élus girondins s'est rassemblée ce lundi midi devant le musée d'Aquitaine de Bordeaux, montrant leur soutien notamment envers les chrétiens d'Orient. Le maire de Bordeaux attend notamment la réunion de samedi pour voir comment vont se répartir ces réfugiés. 

Alain Juppé sur les réfugiés : "On est sous l'émotion, mais ça ne suffit pas !"

Devant l'élan de générosité populaire de ces derniers jours, comme à Sauveterre-de-Guyenne, le mairie de Bordeaux a mis en place un numéro pour centraliser les appels : le 0800625885. 

On ne peut se contenter de dire dire 'Venez ! Nous allons vous accueillir !' Le contrôle de la situation nous échappera. Sur ce volet, je ne vois rien venir.

Le maire de Bordeaux distingue ainsi les réfugiés "Syriens pour l'essentiel" et les migrants économiques "en particulier venant des pays balkaniques et de l'Afrique subsaharienne". Pour lui, la France ne pourrait pas accueillir ces derniers. Il ajoute d'ailleurs que 75% des demandeurs d’asile sont déboutés.

Intervention en Syrie : "L’extension des frappes vers la Syrie me semble nécessaire"

Dans la matinée, le président de la République a annoncé le déploiement de vols de reconnaissance au-dessus de la Syrie, possible préambule avant des frappes aériennes. Alain Juppé a tenu à réaffirmer son soutien ses mesures prises par François Hollande : "Nous sommes en guerre contre Daesh dont on connait la folie barbare qui se manifeste à la fois contre les vies humaines et les patrimoines mondiaux. Il faut les stopper. L’extension des frappes vers la Syrie me semble nécessaire. Ces frappes sont d'une efficacité limitée." Pour lui, pas question de se déployer au sol au risque sinon d'entrer dans "un guêpier" qui pourrait être pire que ceux d'Irak et d'Afghanistan. 

Modifier le code du travail : "C'est mon programme !"

Dans sa conférence de rentrée, François Hollande a tenu à dire que la réforme du code du travail aura lieu, mais sans toucher aux 35h. Alain Juppé salue là également la position présidentielle.

J’ai entendu le secrétaire général de la CFDT dire que le code du travail était illisible. Les choses évoluent en France.

Le maire de Bordeaux martèle que "le code du travail est d’une rigidité excessive" affirmant qu'un grand nombre de responsables de PME ou TPE n’embauchent pas à cause de celui-ci. « Ce point de blocage est bien identifié, conclue-t-il. Parlons-en. En tout cas, ce sera mon programme. »

En revanche, Alain Juppé s'est montré bien plus critique sur la baisse des impôts à venir. Il regrette ainsi "qu’exonérer un plus en plus grand nombre de Français de toute fiscalité direct n’est pas une bonne chose. Il faut proportionner l’impôt ceux qui ont beaucoup doivent payer beaucoup, ceux qui ont moins doivent payer moins, mais il est bon que chacun puisse participer. C’est un acte de responsabilité civique que de payer l’impôt." 

Une métropole bordelaise en "bonne forme"

Le président de la métropole bordelaise affiche un bilan heureux de son mandat. "La métropole et ses communes sont en bonne forme" affirme-t-il. Il avance d'ailleurs deux preuves. D’abord les cadres parisiens, selon l’enquête de Cadremploi, rêvent de quitter la capitale pour Bordeaux. La ville aurait des airs de start-up. "On vient de loin" ironise l'ancien premier ministre. Autre preuve, les touristes sont de plus en plus nombreux. Sans doute plus de 6 millions cette année. C'est trois fois plus qu'il y a 15 ans.

Bordeaux, une ville pour cadres et touristes ? La réaction d'Alain Juppé

Dans les grandes lignes, Alain Juppé a tenu à parler mobilité, logement, développement économique et qualité de vie.

L’appréciation des embouteillages sur la rocade mérite peut-être d’être relativisée

Mais d'une manière générale, il espère voir les résultats du côté du nombre de tramways qui vont augmenter de 35 % en 2015 par rapport à 2014. Il attend aussi beaucoup du tram-train du Médoc, de la ligne D du tramway prévue pour 2019 et du bus à haut débit de service entre Bordeaux et Saint-Aubin prévue pour 2018. Pour desservir l'aéroport, le tramway sera prolongé et bus à haut niveau de service liera l'aéroport à la gare de Pessac. Dans le centre-ville bordelais, le terminal de bus place de la république devrait réduire de 40 % la circulation des bus sur la place Gambetta.

Nous allons officiellement saisir l’état pour que le projet de circulation des bus sur la bande d’arrêt d’urgence de la rocade entre en phase opérationnel et que des tests soient réalisés.

Il espère un meilleure fonctionnement des tramways autour du stade Matmut Atlantique. Kéolis va mettre des agents sur les stations et l'accès au parking sera amélioré.

"Le marché immobilier bordelais reste dynamique"

Avec sa casquette de bâtisseur, le maire de Bordeaux s'est réjouit des nombreux projets en cours : le pont Jean-Jacques Bosc, la cité du vin et les 50 000 logements attendus dont 55% de logements sociaux.

► A lire sur francebleu.fr : Immobilier - acheter à Bordeaux est-il devenu un luxe ?

Pour Alain Juppé, "le marché immobilier bordelais reste dynamique. La demande est toujours forte. 55% des logements réalisés sont des logements locatifs sociaux ou en accession à la propriété." Les emplois se concentrent eux sur quatre secteurs : l'aéronautique et la défense (20000 emplois), la santé ("l'université est bien placée en matière de santé et nous avons le 3è CHU de France"), le laser Mégajoule (9000 emplois), le numérique (23000 emplois dans la région).

Ginko : "il faut raison garder"

"Un balcon s’effondre et quelques esprits imaginatifs me demandent de suspendre toute construction dans Bordeaux", ironise Alain Juppé en revenant sur cette chute au début du mois d'août.

Il faut raison garder. La construction à Bordeaux est de qualité en grande partie.

Nous avons demandé aux équipes de Bouygues immobilier de nous donner des explications. La première radiographie de l’immeuble a montré une défaillance dans l’éxécution des armatures métalliques du balcon sinistré mais tous les autres balcons radiographiés n’ont présenté aucune anomalie.