Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Taxe d'habitation : quelles compensations pour les communes rurales ?

mercredi 22 novembre 2017 à 16:07 Par Martin Cotta, France Bleu Mayenne

Comment l'État va t-il compenser pour les communes, la suppression de la taxe d'habitation ? Début de réponse ce jeudi, lors du discours de clôture d'Emmanuel Macron au 100e congrès des maires de France à Paris. Des annonces attendues par un certains nombres de communes mayennaises comme Arquenay.

Gustave Langlois le maire d'Arquenay
Gustave Langlois le maire d'Arquenay © Radio France - Martin Cotta

Arquenay, France

Emmanuel Macron sera-t-il sifflé ou applaudi ce jeudi soir par les maires ? Le président de la République doit annoncer aux élus, réunis en congrès à Paris, un certain nombre de mesures, pour compenser progressivement la suppression de la taxe d'habitation. En 2020, 80% des contribuables français ne la paieront plus. Cet impôt était pourtant une recette importante pour des maires qui voient leur budget fondre d'années en années.

"Il va bien falloir équilibrer les budgets"

C'est le cas à Arquenay. En 2020, 86% des habitants ne paieront plus la taxe d'habitation. Cela représentera un manque à gagner de 83.655 euros. "C'est un peu plus que ce que nous coûte la masse salariale à la mairie. La suppression de la taxe d'habitation c'est, au bout de la chaîne, des investissements qui vont disparaître. On serre déjà sérieusement les boulons, à cause d'impératifs que l'on nous a formulés il y a trois ans. Les temps d'activités périscolaires par exemple. Chez nous cela coûte 14.000 euros" explique Gustave Langlois le maire.

"Si demain nous voulons conserver un cadre de vie, il faudra augmenter les impôts"

À Arquenay, la dotation globale de fonctionnement a baissé de 15 à 20% en trois ans. Les recettes de la ville s'amenuisent. Du coup le maire pourrait prendre certaines décisions impopulaires. "Il est bien évident que, si demain nous voulons conserver un cadre de vie, il faudra augmenter les impôts. Comme la taxe foncière par exemple. De toute façon, il va bien falloir équilibrer les budgets" déclare Gustave Langlois. Cela fait 25 ans que la taxe foncière n'a pas augmenté d'après la maire, élu depuis 1982.

"On va se retrouver avec des charges qui sont la conséquence de la suppression de la taxe d'habitation"

À LIRE : Taxe d'habitation : combien d'habitants seront exonérés dans votre commune en 2020 ? (via francetvinfo.fr)