Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : General Electric dans le Territoire de Belfort

Municipales dans le Territoire de Belfort : des salariés de General Electric candidats

En plein cœur d'un plan social qui frappe leur entreprise, de nombreux salariés de General Electric s'engagent cette année dans la campagne des municipales. Têtes de liste ou co-listiers, ils ne sont pas là pour faire de la figuration.

Représentants syndicaux ou salariés, les candidats estampillés GE sont nombreux cette année à se lancer dans la bataille des élections municipales
Représentants syndicaux ou salariés, les candidats estampillés GE sont nombreux cette année à se lancer dans la bataille des élections municipales © Maxppp - Christian Lemontey

Le calendrier s'accélère en vue des élections municipales des 15 et 22 mars prochain. Le dépôt des candidatures commence ce jeudi dans le Territoire de Belfort. Un département secoué depuis un an par un plan de suppression de 485 postes dans la division turbines à gaz chez General Electric.

Lanceurs d'alerte auprès des élus

Des salariés et autres représentants syndicaux de GE sont engagés dans la campagne des municipales. C'est le cas à Belfort ou Alain Ogor est candidat sur la liste "2020 en commun" de Mathilde Nassar. Le délégué CFDT se voit comme un lanceur d'alerte au sein d'une équipe municipale. "On l'a vu chez Alstom et plus récemment chez General Electric. Les syndicalistes sont des relais. On est informés en amont de ce qui va se passer. Donc, les élus locaux le seront aussi. On peut servir de relais pour l'équipe municipale. Ça peut apporter un plus en cas de grosse restructuration comme on le connait aujourd'hui chez GE", explique Alain Ogor.

Des candidats défenseurs de l'emploi

Certains salariés de GE seront têtes de listes au scrutin des 15 et 22 mars. À Danjoutin, l'adjoint au Finances Emmanuel Formet brigue le fauteuil du maire Daniel Feurtey qui ne se représente pas. La tête de liste est responsable d'équipe chez GE turbines gaz. "Ce qui s'est passé dans l'entreprise, ça fait réfléchir à comment on peut sauvegarder de l'emploi localement. Plus largement, c'est aussi de voir pour Danjoutin comment on peut consommer plus localement. Pas uniquement l'industrie mais aussi l'artisanat, le commerce. On peut aussi accompagner certaines personnes dans leur projet", indique Emmanuel Formet. 

 A Danjoutin, Emmanuel Formet, responsable d'équipe chez GE turbines gaz, est candidat pour succéder à Daniel Feurtey.  - Radio France
A Danjoutin, Emmanuel Formet, responsable d'équipe chez GE turbines gaz, est candidat pour succéder à Daniel Feurtey. © Radio France - Nicolas Wilhelm

La défense de l'emploi, c'est aussi ce qui a notamment poussé Alexis Sesmat à se présenter sur la liste de Samia Jaber à Belfort. L'engagement du délégué SUD est une réaction au plan social. "Ce qui motive ma démarche militante c'est de porter la voix des salariés de GE. L'expérience récente que j'ai pu avoir dans le cadre de la bataille contre cette restructuration, c'est de me dire que tout le monde a sa place, toutes les voix peuvent être importantes dans la construction d'un projet politique", précise Alexis Sesmat. Avec Alain Ogor et Alexis Sesmat, un autre délégué syndical de GE figure sur une liste candidate à Belfort : Bruno Sallot de la CGT avec le Parti Communiste de Bertrand Chevallier.

À Essert, Frédéric Vadot tacle le maire sortant

À Essert, Frédéric Vadot, expert comptable chez GE gaz, sera lui tête de liste.  "General Electric n'est pas une entreprise centenaire pour rien. C'est une école de belles valeurs tournées vers les autres qui peuvent très bien se retrouver dans une gestion communale", explique le candidat qui affrontera le maire sortant Yves Gaume en mars. Le candidat "estampillé GE" se montre d'ailleurs très critique sur la frilosité de l'actuelle équipe municipale d'Essert sur le plan social chez GE. "J'ai été surpris. Juste dire solidarité avec, c'est un peu court. Il ne sont même pas venus à la manifestation. Il n'y a pas eu d'action. Ce sont des mots. Les mots, c'est bien mais il faut des actes", conclut Frédéric Vadot.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu