Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique DOSSIER : Le plus de l'info de France Bleu Belfort Montbéliard

Territoire de Belfort : une campagne éclair pour la législative partielle

mercredi 20 décembre 2017 à 18:43 Par Nicolas Wilhelm, France Bleu Belfort-Montbéliard

La campagne officielle débutera le 8 janvier pour la législative partielle dans la première circonscription du Territoire de Belfort. Elle va s’accélérer juste après la trêve des confiseurs.

Le siège de député de la première circonscription du Territoire de Belfort est en jeu les 28 janvier et 4 février prochain
Le siège de député de la première circonscription du Territoire de Belfort est en jeu les 28 janvier et 4 février prochain © Maxppp - Nicolas Kovarik

Belfort, France

L'élection du candidat les Républicains Ian Boucard a été invalidé pour fraudes par le Conseil Constitutionnel le 8 décembre dernier. Le nouveau scrutin aura lieu les 28 janvier et 4 février prochain. Cette campagne "éclair" laisse peu de temps aux candidats pour s'organiser.

Trois semaines pour convaincre

Six semaines vont s'écouler entre la publication des nouvelles dates et le 1er tour. Si vous enlevez les vacances de Noël, il n'en restera plus que trois réellement consacrées à la campagne. A ce stade, quatre candidats ont été officiellement investis par leur camp : Yves Fontanive pour Lutte Ouvrière, Jonathan Vallat pour l'UPR (Union Populaire Républicaine),  Christophe Grudler pour le Modem / République en Marche et le député sortant Ian Boucard pour les Républicains. Sur le plan de l'organisation, ces candidats ont un coup d’avance. Leurs équipes sont déjà formées, les mandataires financiers nommés et les imprimeurs contactés. « J’ai déjà remonté mon équipe de campagne, tout le monde a accepté de repartir. Nous sommes cinq ou six en équipe resserrée mais 150 sur le terrain.  Il y aura du tractage et de la présence sur les marchés. Un certain nombre d’événements à ne pas manquer surtout dans une campagne très courte » explique Ian Boucard.

Christophe Grudler bat le pavé 

Si la campagne officielle n'est pas encore lancée, les candidats sont déjà au travail comme Christophe Grudler et ses soutiens. Ils distribuent des courriers dans les boîtes aux lettres pour informer les électeurs de la circonscription de la tenue de ce nouveau vote. « Certains électeurs ne savent pas qu’il y aura de nouvelles élections. Nous nous sommes mobilisés dès l’annonce du Conseil Constitutionnel. Tout est prêt » indique le candidat Modem soutenu par la République en Marche. 

Les marchés plutôt que le porte à porte

Ian Boucard lui profite des marchés de Noël pour échanger. Il sait que le contexte sera complètement différent du mois de juin. Pas question de dépenser son énergie dans le porte à porte. « C’est la période qui va rendre le porte à porte plus compliqué. En juin, on avait des journées qui se prolongeaient jusqu’à 20h45, 21h. J’avais fait quasiment trois mois de porte à porte. Là, il fait nuit beaucoup plus tôt. Et en trois semaines, ce sera beaucoup plus réduit, c’est sûr » ajoute Ian Boucard.

Les candidats non investis eux vont devoir mettre les bouchées doubles dès le début de l'année prochaine. Ce sera le cas de Jean-Raphaël Sandri qui devrait être à nouveau, et sauf surprise, le candidat du Front National. Il lancera sa campagne officiellement le 6 janvier à la Maison du Peuple à Belfort. A gauche, tout le monde discute avec tout le monde. Il pourrait y avoir un candidat unique mais pas de fumée blanche pour l'instant. 

La crainte d'une forte abstention 

Les candidats craignent une faible mobilisation. C'est un scrutin isolé sans battage médiatique, seuls les médias locaux vont s'y intéresser. En juin dernier, la participation avait été très faible : à peine 50% au 1er tour, 44% au second tour. 

Bonnets et doudounes pour les colleurs d’affiches

Janvier, c'est aussi la période des voeux dans les mairies qui ne sont pas vraiment propices à la tenue d’élections. « On n’est pas dans une période électorale globale avec une vraie dynamique. On sait aussi que les élections en hiver sont très compliquées, on l’a vécu en 2015 lors des élections régionales. Ce contexte fait que ça ne plaide pas en faveur d’une forte mobilisation » explique Maud Clavequin, patronne du PS dans le Territoire de Belfort. Au coeur de l'hiver, il faudra aussi trouver des colleurs d'affiche courageux prêts à braver le froid. Mais comme il y a deux ans lors des élections régionales, les équipements sont déjà prêts.

Les candidatures doivent être déposés entre le 2 janvier et le 5 janvier prochain. La campagne officielle débutera le 8 janvier.