Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique DOSSIER : Élections territoriales en Corse

Territoriales 2017 : Core in Fronte, l’opposition nationaliste

jeudi 16 novembre 2017 à 10:43 Par Hélène Battini et Patrick Vinciguerra, France Bleu RCFM

La liste conduite par Paul-Félix Benedetti, a tenu ce mercredi à Bastia son premier meeting. Plus de 300 personnes se sont retrouvées au théâtre municipal. Une salle chauffée à blanc par des intervenants qui ont tenu à marquer leur différence avec l'autre liste nationaliste.

Plus de 300 personnes étaient présente pour le premier meeting de Core in fronte au théâtre de Bastia.
Plus de 300 personnes étaient présente pour le premier meeting de Core in fronte au théâtre de Bastia. - @coreinfronte

Corse, France

La tiédeur des Siméonistes

Un des premiers intervenants de ce meeting, Maitre Jean-Marc Lanfranchi, 5ème sur la liste, a clairement critiqué la tiédeur des rivaux nationalistes après avoir qualifié les autres listes de rétrogrades. « Vous avez le statut quo de nos amis, il faut rester dans le cadre de l’autonomie, puisque leur leader a indiqué que c’était une fin en soi. Et puis vous avez ce qu’on vous propose, pour nous l’autonomie c’est important mais ce n’est qu’un passage. »

Un passage vers l’indépendance, y compris économique, Brigitte Artily, chef d’entreprise, deuxième de la liste. « Cessons d’aller chercher ailleurs ce que nous pouvons trouver ici. Cessons d’être en demande, construisons, produisons, inventons ! »

Une campagne sous « pressions »

C’est naturellement Paul-Félix Benedetti qui a conclu ce meeting, avec un discours de quarante minutes, sans notes, offensif, d’abord pour dénoncer des pressions dites occultes. « On n’a pas le droit d’accepter, qu’il puisse y avoir de manière formelle ou informelle des forces occultes qui aujourd’hui peuvent créer des formes de pressions…surtout si elles sont issues de manière marginale du mouvement national lui-même, c’est inadmissible. »

Le leader de « Core in fronte » a taclé ensuite Gilles Simeoni, accusé de ne pas avoir d’ennemi clair. « Moi je trouve inadmissible que l’on puisse un matin faire le tour des marchés, défendre les petits commerçants, mais que le lendemain on aille inaugurer un centre commercial dont il ne s’en construit plus qu’au Kazakhstan. »

Les listes « sœurs »

Jean-Baptiste Arena, troisième de la liste : « Le travail qu’on fait actuellement a été entrepris il y a plus de six mois, en vue du fait que nos idées ne seraient pas représentées au sein de la liste d’union. Les retours sur le terrain sont positifs, sur les réseaux sociaux aussi, nous sommes confiants pour franchir les 10%... Les fondamentaux que nous défendons depuis plus de 40 ans nous y tenons, surtout au niveau du foncier, notre engagement est aussi plus marqué social et antilibéral, c’est ça qui nous différencie un peu de la liste sœur. »