Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique DOSSIER : Élections territoriales en Corse

Territoriales 2017 : la droite ne fusionnera pas au second tour

lundi 4 décembre 2017 à 17:09 Par Hélène Battini et Jérôme Susini, France Bleu RCFM

Les deux candidats de droite, Jean-Martin Mondoloni arrivé deuxième derrière les nationalistes avec 14.97% des suffrages et Valérie Bozzi troisième (12.77%), ont décidé ce lundi de ne pas fusionner leurs listes pour le second tour de ces élections territoriales dimanche prochain.

Jean-Martin Mondoloni, leader de la liste de droite régionaliste, "A Strada di l'Avvene".
Jean-Martin Mondoloni, leader de la liste de droite régionaliste, "A Strada di l'Avvene". © Radio France - France Bleu RCFM

Corse, France

Jean Martin Mondoloni et Valerie Bozzi se sont rencontrés ce lundi après-midi dans un lieu tenu secret pour juger de l'opportunité de fusionner. Une union qui aurait eu un sens, mais à trois, selon Jean-Martin Mondoloni. « Dès lors que nous n’étions plus que deux pour fusionner ma responsabilité étant arrivé en tête était de créer les conditions d’une réunion, nous avons pris l’option avec Valérie d'y aller sous nos propres identités. Jean-Charles Orsucci a pris le parti respectable de faire vivre sa propre identité, l’union que certains avaient qualifié à tort de front républicain n’avait de sens que pour provoquer une alternative, à partir du moment où les résultats ont d’une certaine façon joué l’élection il nous apparaissait difficile à deux de porter une alternative crédible… »

Une discussion rapide

Valérie Bozzi : « Après discussion avec Jean-Martin et au regard des résultats nous avons considéré qu’il était préférable de maintenir deux listes et deux équipes mobilisées sur le terrain pour repartir et reconstruire pour l’avenir…La discussion a été assez rapide, puisque la fusion à trois était impossible, et l’écart important il était préférable de maintenir nos deux équipes, ne pas laisser des personnes qui nous ont soutenu depuis le début sur le bas-côté à ce stade. Nous avions toujours dit que l’union à trois pour constituer une majorité alternative était intéressante, à ce stade des résultats elle n’a plus d’opportunité. »