Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique DOSSIER : Élections territoriales en Corse

Territoriales 2017 en Corse : Quand Jean-Luc Mélenchon s'invite dans la campagne

mercredi 8 novembre 2017 à 21:21 Par Maxime Becmeur, France Bleu RCFM

Jean-Luc Mélenchon s'invite une fois de plus dans la campagne des territoriales. Dans un billet publié sur son blog, le leader de la France Insoumise prend clairement position en faveur du projet d'autonomie porté par les nationalistes pour les élections territoriales.

Dans son blog, Jean-Luc Mélenchon se positionne en faveur d'une autonomie de la Corse.
Dans son blog, Jean-Luc Mélenchon se positionne en faveur d'une autonomie de la Corse. © Maxppp - France Bleu RCFM

Corse, France

"Que la situation en Catalogne espagnole éclaire notre propre chemin", a écrit sur son blog le leader de la France Insoumise. Il appelle notamment à "prendre en compte la volonté populaire clairement exprimée" à travers l'élection de 3 députés nationalistes en juin dernier. Jean-Luc Mélenchon annonce même qu'il a rencontré les députés nationalistes. "Il s'agit de simples échanges informels sur l'avenir institutionnel de la Corse", indique-t-on du côté des parlementaires nationalistes.

Jean-Luc Mélenchon estime en tout cas qu'il faut tirer des leçons de la situation politique catalane. "Quand une île française élit trois députés sur quatre parmi les autonomistes, il est devenu vain d'ignorer que quelque chose de très profond et peut-être d'irréversible s'est produit."

Au-delà de cette analyse, le chef de file de la France Insoumise a des mots très durs envers la liste conduite par Jacques Casamarta pour les territoriales. Jean-Luc Mélenchon l'avait déjà fait savoir, cette liste d'union entre la Corse Insoumise et le Parti communiste ne lui convient pas. Il déplore d'ailleurs "une misérable usurpation de notre sigle de la part du PCF de Corse." "Je crois que les électeurs sanctionneront cette façon de tenter de les duper", a-t-il écrit.

Le Parti communiste de Corse n'a pas souhaité réagir, afin de "ne pas envenimer la situation". Mais du côté des colistiers de la Corse Insoumise, les propos ont du mal à être digérés. Selon Alexandre Gonzalez, numéro 5 de la liste, "après la tambouille dénoncée il y a un peu plus d'un mois, cette fois c'est Jean-Luc Mélenchon lui-même qui fait la démonstration d'une tambouille".

Alexandre Gonzalez, numéro 5 de la liste "La Corse, l'avenir en commun", fruit d'une union entre La Corse Insoumise et le Parti communiste.