Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Élections territoriales en Corse

Territoriales 2021 : "Il faut apporter une parole plus claire face aux enjeux", Agnès Simonpietri

-
Par , France Bleu RCFM

Coup d'envoi ce mercredi matin sur RCFM des entretiens de campagne. Du lundi au vendredi, à 7 H 50, les dix têtes de liste sont invitées pour un questions/réponses de sept minutes. Agnès Simonpietri, qui conduit la liste liste Eculugia Sulidaria, ouvre le bal.

Agnès Simonpietri invitée des entretiens de campagne de RCFM
Agnès Simonpietri invitée des entretiens de campagne de RCFM © Radio France -

Elle est la seule femme tête de liste à ces territoriales des 20 et 27 juin. Elle incarne le courant écologiste, absent en Corse de ce scrutin régional depuis plus de vingt ans, comme dissout dans la famille nationaliste. Agnès Simonpietri a d'ailleurs été présidente de l'Office de l'Environnement de la première mandature Simeoni. Qu'est-ce qui a motivé cette candidature ? "C'est la conscience de l'urgence, climatique, sanitaire, sociale, que nous traversons", explique-t-elle. Les nationalistes ont-ils failli ? "Pour l'instant, le résultat n'est pas à la hauteur, notamment sur des gros dossiers comme les déchets ou encore la protection de la biodiversité, estime Agnès Simonpietri. Nous avons  à apporter une parole beaucoup plus claire, plus lisible, par rapport aux enjeux qui nous attendent".  

Agnès Simonpietri

Mais plus que les intercos, il y a un enjeu financier sur les déchets, c'est une manne pour certains, et c'est peut-être ça aussi qui a poussé des opérateurs qui auraient dû mettre en oeuvre ce plan à ne pas le faire

Par ailleurs Agnès Simonpietri, qui avait en charge la gestion des déchets de 2015 à 2017, rejette toute responsabilité dans l'échec de ce dossier ultra-sensible. "J'ai porté pour le compte de l'Exécutif un plan qui est tout à fait réalisable et réaliste. L'objectif était d'arriver à 65 % de tri au bout de cinq ans, on en est très loin c'est vrai, mais l'échec incombe aux intercommunalités qui ne l'ont pas mis en oeuvre (...) Mais plus que les intercos, il y a un enjeu financier sur les déchets, c'est une manne pour certains, et c'est peut-être ça aussi qui a poussé des opérateurs qui auraient dû mettre en oeuvre ce plan à ne pas le faire. Une seul solution : le tri et encore le tri".

Agnès Simonpietri

Autre urgence mise en avant par la liste Eculugia Sulidaria, l'urgence climatique. "Il faut aller plus loin dans la gestion du bien commun, a terra di u cummunu. Toutes les zones fragiles, sensibles, il faut que la collectivité, si elle n'en est pas encore propriétaire, les acquiert et les gère en bonne mère de famille ou père de famille si vous préférez". 

Agnès Simonpietri n'oublie pas le social, puisque des mouvements comme Génération.s et Nouvelle Donne sont associés à la liste. Parmi les propositionS la création d'un revenu universel. 

L'émission en intégralité et en vidéo : https://dai.ly/x81ip81

Choix de la station

À venir dansDanssecondess