Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Élections territoriales en Corse

Territoriales 2021 : "Je rassemblerai au-delà du socle qui est le mien", Laurent Marcangeli

-
Par , France Bleu RCFM

La tête de la liste Un Soffiu Novu était ce matin l'invité des entretiens de campagne de RCFM. Le maire d'Ajaccio, parti en campagne depuis plusieurs mois déjà, veut être, s'il est élu, "le président de tous, le président de l'action, du concret et non du verbe".

Laurent Marcangeli invité des entretiens de RCFM
Laurent Marcangeli invité des entretiens de RCFM © Radio France -

Pas de fausse modestie - ce n'est pas le genre de la la maison -, Laurent Marcangeli, qui est entré le premier en campagne, affiche clairement son ambition : devenir le prochain président de l'Exécutif de Corse. Il est confiant, malgré un poids électoral jugé par beaucoup plus faible en Haute-Corse qu'en Corse-du-Sud. "Ce que sais, c'est que partout où je vais, en Haute-Corse, les gens me reconnaissent, y compris quand je suis masqué. L'accueil est très bon...  et puis nous verrons bien", coupe court le maire d'Ajaccio au micro de RCFM.

Il n'y a pas de solution miracle, ce sera du concret. Deux centres de tri et de valorisation, un sur le territoire de la CAPA, l'autre sur la commune de Monte

Place aux propositions. Son mantra, c'est le pragmatisme, pas le dogmatisme. Il veut être le président de l'action et non du verbe, sous entendu contrairement à la majorité sortante. Prenons le dossier inextricable de la gestion déchets. Laurent Marcangeli promet un plan efficace avant la fin de l'année. "Il n'y a pas de solution miracle, ce sera du concret. Deux centres de tri et de valorisation, un sur le territoire de la CAPA, l'autre sur la commune de Monte, chez mon ami et colistier, le maire Jean-François Mattei. Donc un par grand bassin de vie. Et puis le tri évidemment". Et quand on lui rétorque que, selon les chiffres fournis par le Syvadec, la CAPA, qu'il préside, est plutôt un mauvais élève en matière de tri (un peu plus de 14 % contre 35 % en Balagne), il répond qu'on ne peut pas tout comparer, "une zone urbaine, de plus de 70 000 habitants pour la seule Ajaccio, et le Boziu par exemple. Nous partons de loin, mais nous progressons". 

Est-ce que cinq ans après la mise en place du PADDUC,  la spéculation a diminué, est-ce que les prix des terrains sont moins élevés ?

Autre thème majeure évoqué, l'aménagement du territoire. Le leader de la liste Un Soffiu Novu annonce son intention, s'il est élu, de réviser le PADDUC comme le prévoient les textes. "Je n'ai pas vu depuis le début de la campagne un maire qui n'a pas des difficultés sur sa commune par rapport à l'application de ce document. Il visait à lutter contre la spéculation immobilière, est-ce que cinq ans après sa mise en place la spéculation a diminué, est-ce que les prix des terrains sont moins élevés ? Non, donc il faut revoir cela". Et à ceux qui l'accusent de vouloir étendre à la Corse le modèle d'urbanisation d'Ajaccio, Laurent Marcangeli lâche, cinglant : "Je ne parle pas des adversaires, je parle aux Corses. Je remarque que les Ajacciens ne se plaignent pas de ma gestion, ils m'ont réélu au premier tour l'année dernière"

La dette a explosé durant cette mandature, et les frais de fonctionnement se sont envolés

Sur l'état des finances de la Collectivité de Corse également, le candidat de l'union de la droite ne mâche pas ses mots : "On fera un audit. On parle beaucoup de gestion probe et efficace, mais ce que je note c'est que la dette a explosé durant cette mandature, et les frais de fonctionnement se sont envolés". Un discours offensif pour un résultat qui, espère-t-il, le placera devant au soir du premier tour : "J'ai bon espoir d'être en tête, de pouvoir créer une dynamique, et rassembler. Je rassemblerai au-delà du socle qui est le mien. Nous voulons une Corse apaisée". 

Pour écouter l'intégralité de l'entretien de campagne de Laurent Marcangeli

Choix de la station

À venir dansDanssecondess