Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Territoriales 2021 : Jean-Antoine Giacomi veut « enrayer le déclin de la Corse ! »

-
Par , France Bleu RCFM

La tête de liste « Forza Nova-Corsica Fiera » était ce vendredi matin l’invité des entretiens de campagne de RCFM. Jean-Antoine Giacomi a évoqué les grands thèmes de sa démarche (souveraineté, sécurité, immigration) mais aussi la rupture avec le Rassemblement National.

La tête de liste « Forza Nova-Corsica Fiera » était ce vendredi matin l’invité des entretiens de campagne de RCFM
La tête de liste « Forza Nova-Corsica Fiera » était ce vendredi matin l’invité des entretiens de campagne de RCFM © Radio France - RCFM

Jean-Antoine Giacomi, 24 ans, conduit la liste Forza Nova-Corsica Fiera aux élections territoriales des 20 et 27 juin prochain. Une liste issue de la démarche Forza Nova initiée à Bastia à l'occasion des dernières municipales et qui désormais constituée de plusieurs anciens militants RN se dit souverainiste, anti mondialiste et anti immigrationniste. 

Une souveraineté « partagée »

« Un statut définitif, plus poussé que l’autonomie », c’est ce que souhaitent Jean-Antoine Giacomi et ses colistiers pour la Corse, « une souveraineté partagée » dit-il, un statut qui pourrait s’approcher de celui des Länder en Allemagne ou des états fédéraux aux États-Unis selon lui. Paris conserverait ses pouvoirs régaliens, « ce n’est pas l’indépendance, c’est beaucoup plus poussé que l’autonomie, et cela rejoint notre démarche souverainiste de base » explique le jeune candidat.

« Un bouclier de sécurité »

« La région peut avoir la compétence en matière de sécurité par l’intermédiaire du financement et d’un bouclier de sécurité » dit Jean-Antoine Giacomi. Cela induit une aide financière aux communes afin de « s’équiper en vidéo protection, en recrutement et équipement des forces de sécurité locales » détaille le leader de Forza Nova qui espère trouver ses financements dans « l’arrêt des subventions aux officines immigrationnistes », à savoir les structures accompagnant les mineurs isolés notamment selon le candidat.

« Une prime à la natalité pour éviter le choc de civilisation »

Jean-Antoine Giacomi et ses colistiers souhaitent aussi un moratoire sur l’immigration, ne ciblant pas une immigration ethnique ou en particulier, ce sont les nouveaux arrivants en général, environ 6000 par an disent-ils, qui mettent en péril la civilisation corse selon le chef de file Forza Nova – Corsica Fiera qui craint « le choc de civilisation » à venir. 

Pour y remédier, le jeune candidat veut relancer une natalité « locale » en diminution via une prime pour ceux qui « vivent de façon permanente en Corse avec une résidence fiscale », entre 400 et 500 euros pour les enfants qui naissent en Corse.

« Sur la Corse, le RN a totalement changé d’idéologie »

La campagne électorale de Forza Nova-Corsica Fiera est également marquée par une rupture et une opposition avec le Rassemblement National, dont Jean-Antoine Giacomi ainsi que plusieurs de ses colistiers sont issus, et qui dans cette campagne soutient officiellement la liste menée par François Filoni. Plusieurs de ses membres ont récemment invité les sympathisants du Rassemblement National à ne pas cautionner "l'imposture Filoni", candidat officiellement soutenu par le RN ayant déjà écumé plusieurs tendances politiques parfois antagonistes. Un choix que n’acceptent pas les anciens militants, et que Jean-Antoine Giacomi associe à un changement d’idéologie du parti concernant la question corse, « le RN était dans une voie Girondine et revient aujourd’hui à une vision ultra Jacobine » dit-il.

Pour ce qui est de François Filoni lui-même, Jean-Antoine Giacomi le qualifie « d’insignifiant » se déclarant plus à même de défendre les électeurs du RN que lui. « Je ne porte pas une liste d’extrême droite mais une liste qui rassemble des hommes et femmes engagées sur le terrain des luttes populaires. » conclu-t-il.    

Pour écouter/regarder l'intégralité de l'entretien de campagne de Jean-Antoine Giacomi : 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess