Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Territoriales 2021, l’analyse du premier tour

-
Par , , France Bleu RCFM

Les résultats du premier tour de ces élections territoriales placent Gilles Simeoni en tête devant Laurent Marcangeli mais aussi et plus largement la famille nationaliste comme grande gagnante du scrutin. Maintien, fusion, report de voix et alliances sont désormais au centre des discussions.

Territoriales 2021, l’analyse du premier tour
Territoriales 2021, l’analyse du premier tour © Radio France - Olivier Castel

Le classement est le suivant : Gilles Simeoni en tête avec 29,19 % des voix, Laurent Marcangeli arrive deuxième avec 24,86 % des suffrages exprimés et le troisième homme est Jean-Christophe Angelini avec 13,22 %. Paul-Félix Benedetti termine quatrième et franchit la barre des 7 % pour se maintenir au second tour, avec 8,39 % des voix. En revanche ce n'est pas le cas de Jean-Guy Talamoni et Corsica Libera, qui ne récoltent que 6,9 % des suffrages et de Jean-Charles Orsucci, 5,92 %, qui pourront seulement fusionner. 

Les 4 autres listes, celles de François Filoni, Agnès Simonpietri, Michel Stefani et Jean-Antoine Giacomi, ne franchissent pas la barre des 5 % et ne peuvent donc ni fusionner ni se maintenir. 

Simeoni / Marcangeli, duel annoncé

Avec un peu plus de 4 % d'avance le président sortant de l'Exécutif prend indéniablement l'avantage au terme de ce premier tour. Ce n'était pas gagné avec d'une part une famille nationaliste éclatée (4 listes, dont 3 de l'ancienne majorité) et de l'autre une droite unie derrière le maire d'Ajaccio qui jusqu'ici n'avait jamais perdu un scrutin sur son nom. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Laurent Marcangeli est-il en mesure de renverser la tendance au second tour ? Ça parait compliqué, compte tenu de l'avance de Gilles Simeoni, et des possibilités d'alliance offertes à ce dernier  par le score de la famille nationaliste, plus de 57 %. Reste au leader de la droite le réservoir des abstentionnistes, important, mais une mission quasiment impossible. Quant à la gauche, force qui était encore au pouvoir en 2015, elle pourrait tout simplement disparaitre de l'hémicycle avec l'élimination du communiste Michel Stefani et les moins de 6 % de Jean-Charles Orsucci.

Quels scenarii envisageables au second tour ?

Paul-Félix Benedetti devrait se maintenir et amorcer un rapprochement au troisième tour
Paul-Félix Benedetti devrait se maintenir et amorcer un rapprochement au troisième tour © Maxppp - maxppp

Rappelons que la liste arrivée en tête au second tour bénéficiera d'un bonus, d'une prime majoritaire, de 11 élus et l'assurance d'une confortable majorité. Gilles Simeoni, en position de force, est maître de son destin. Tentera-t-il l'aventure seul ? Pourquoi pas, certains de ses proches ne seraient pas contre mais cela est risqué en terme de résultats, et surtout en terme de message envoyé à la famille nationaliste, sa famille, s'il ne tend pas la main à Jean-Christophe Angelini et laisse sur le bord de la route Jean-Guy Talamoni. Paul-Félix Benedetti devrait, selon ses premières déclarations, se maintenir, et amorcer un rapprochement au troisième tour. 

On ne peut pas écarter non plus qu'une main soit tendue à Jean-Charles Orsucci, tout va se jouer dans les prochaines heures. Du côté de Laurent Marcangeli, en revanche, le champ des possibles est réduit, ses réserves faibles, et la même liste qu'au premier tour sera sans doute reconduite.
 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess