Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Territoriales 2021, le débat d’entre-deux-tours RCFM/Corse-Matin

Le débat de l'entre-deux-tours RCFM/Corse-Matin a eu lieu ce mardi à Ajaccio. Juste après le dépôt des listes en préfecture, les 4 candidats ont débattu en direct sur nos ondes et pages Facebook pendant une heure. Au programme : stratégie électorale, aménagement du territoire et urbanisme notamment.

Le débat de l'entre-deux-tours RCFM/ Corse-Matin a eu lieu ce mardi à Ajaccio
Le débat de l'entre-deux-tours RCFM/ Corse-Matin a eu lieu ce mardi à Ajaccio © Radio France - Michelle Castellani

RCFM et Corse matin organisaient ce mardi le débat de l'entre-deux-tours. Vous l'avez peut-être entendu entre 19h et 20h en direct, vous pouvez dès à présent le retrouver en ligne et dans les colonnes de votre quotidien Corse matin ainsi qu'en rediffusion ce mercredi dès 12h10 sur les ondes de RCFM.

Les 4 candidats lors du débat d'entre-deux-tours à Ajaccio
Les 4 candidats lors du débat d'entre-deux-tours à Ajaccio - Florent Selvini/Corse-Matin

L'urbanisme source de tensions entre G. Simeoni et L. Marcangeli

Les 4 têtes de listes qualifiées au second tour réunies ont pu débattre de plusieurs sujets : la stratégie électorale du second et troisième tour, l'aménagement du territoire avec le PADDUC mais aussi l'urbanisme. L'urbanisme qui a justement été source d'un vif échange entre Gilles Simeoni pour la liste "Fà populu inseme" qui a évoqué un « désaccord fondé sur les choix urbanistiques mis en œuvre pour la ville d’Ajaccio par Laurent Marcangeli. »

L'urbanisme source de tensions entre G.Simeoni et L.Marcangeli

Le maire d’Ajaccio, leader de la liste "Un soffiu novu", a répondu en défendant le PLU voté sous sa mandature, mettant en avant « 500 hectares constructibles de moins dans ce document » et reprochant au président de l’exécutif sortant une « diabolisation de sa personne » ayant attaqué un seul document d’urbanisme en justice, le sien.

Passe d'armes P-F. Benedetti / G. Simeoni à propos du PADDUC 

Concernant l’aménagement du territoire, question centrale pour le développement de l’île, la question de la révision du PADDUC, plan d’aménagement et de développement durable de la Corse, a été débattue. Sur ce sujet une passe d'arme a eu lieu entre Paul-Félix Benedetti tête de liste « Core in Fronte » et Gilles Simeoni. Le premier évoquant une « absence d’application du document d’urbanisme depuis 6 ans, de contestation de permis de construire sauvages également, une refonte tardive et malsaine de la cartographie agricole et un laxisme au profit des communes. » 

Gilles Simeoni et Paul-Félix Benedetti
Gilles Simeoni et Paul-Félix Benedetti - Florent Selvini/Corse-Matin

Passe d'armes P-F.Benedetti / G.Simeoni à propos du PADDUC

Gilles Simeoni a pour sa part rappelé « que le contrôle de légalité était conféré à l’État, la collectivité ne pouvant s’y substituer », ainsi que « l’insuffisance des outils et moyens de la région et de son service juridique pour généraliser les contentieux. »

G. Simeoni et J-C. Angelini plus divisés que jamais

Outre l'urbanisme et l'aménagement du territoire, la stratégie électorale a bien entendu eu sa place lors des échanges, en particulier entre Gilles Simeoni et Jean-Christophe Angelini, désormais leader de la liste d’union avec Corsica Libera « Avanzemu pè a Corsica », et qui partiront finalement plus divisés que jamais. Le sortant a ainsi expliqué qu’en cas de victoire, il proposerait « un contrat de mandature à l’ensemble des forces qui ont vocation à se retrouver dans une majorité nationaliste » autour d’un projet et de valeurs telles que « l’éthique, la démocratie, la transparence, le respect des droits de l’opposition ». 

G.Simeoni et J-C.Angelini plus divisés que jamais

Face à lui, le chef du PNC a dit son « désaccord complet » avec cette analyse, rappelant son « alliance avec Gilles Simeoni en 2015, puis en 2017 avec Corsica Libera et la victoire de l’union » jusqu’ici. Jean-Christophe Angelini a également prévenu du « danger d’un hémicycle avec un ou deux partis hégémoniques et boulimiques » qui s’arrogeraient l’ensemble des pouvoirs, ne concevant pas non plus de « retrouver une partie des nationalistes dans l’opposition. » 

Retrouvez l’intégralité du débat en ligne ainsi qu'en rediffusion ce mercredi dès 12h10 sur les ondes :

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess