Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Toulouse : "30 policiers nationaux de plus pour le Mirail, c'est significatif " pour Jean-Luc Moudenc

jeudi 6 septembre 2018 à 10:24 Par Vanessa Marguet, France Bleu Occitanie

97 fonctionnaires de police supplémentaires arrivent cette semaine à Toulouse et 30 d'entre-eux prennent leurs fonctions au Mirail pour former une nouvelle unité : la police de sécurité du quotidien. Un renfort très attendu par le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc.

Jean-Luc Moudenc dans les studios de France Bleu Occitanie
Jean-Luc Moudenc dans les studios de France Bleu Occitanie © Radio France - Alban Forlot

Toulouse, France

Le Mirail à Toulouse fait donc partie des 15 quartiers français choisis pour tester la police de sécurité du quotidien, le nouveau dispositif annoncé en début d'année par le ministre de l'intérieur, Gérard Collomb. Cette unité de 30 fonctionnaires entre en service ce jeudi et c'est une bonne chose pour le maire LR de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, qui était l'invité de France Bleu Occitanie matin ce jeudi. 

Suffisant ?

"J'avais demandé qu'on y soit, comme le quartier du Mirail malheureusement connaît une dégradation des conditions de sécurité avec des règlements de comptes mortels, avec le deal qui a explosé. J'ai demandé une attention prioritaire pour ce quartier" explique l'élu. Quand on lui demande si le chiffre est vraiment à la hauteur des besoins, il répond que "30 policiers nationaux de plus pour le Mirail, c'est significatif, d'autant que le tiers d'entre-eux sera là pour mener des enquêtes !" Mais sur l'ensemble du territoire de Toulouse, il rejoint les syndicats de policiers qui estiment qu'il faudrait au moins 150 policiers supplémentaires à Toulouse. Jean-Luc Moudenc rappelle que la ville rose est moins bien dotée que Bordeaux, mais il voit l'arrivée de cette police de sécurité du quotidien dans le quartier du Mirail comme un premier pas. 

Mission de terrain et d'enquête

Ces policiers auront pour mission d'être présents sur le terrain, au contact de la population, mais aussi d'enquêter. "Il faut qu'on ait cette capacité d'enquêter davantage pour démanteler les réseaux criminels ou mafieux. Il faut recueillir davantage de renseignements, mais c'est important aussi que derrière, dans l'ombre, il y ait des moyens d'enquête" explique le maire de Toulouse.

Pour Jean-Luc Moudenc, cette police de sécurité du quotidien serait très différente de la police de proximité, expérimentée entre 1999 et 2003 à Toulouse par Jean-Pierre Havrin, l'ancien conseiller de Jean-Pierre Chevènement qui est devenu Directeur de la sécurité départementale de Haute-Garonne, puis adjoint à la sécurité à Toulouse, pendant le mandat de Pierre Cohen. Cette police de proximité avait été décriée et supprimée par Nicolas Sarkozy en 2003. 

Jean-Luc Moudenc, estime que : "il ne s'agit pas pour les policiers nationaux de nouer des relations conviviales avec les uns et les autres et de passer l'essentiel de leur temps dans cette convivialité, qui est toujours quelque chose d'agréable. Je suis pour le rapprochement entre population et la police. Mais il faut que derrière, il y ait des réponses sécuritaires". Il estime qu'il faut les deux. 

De leur côté, les habitants du quartier du Mirail interrogés par France Bleu Occitanie estiment pourtant que la police vient trop souvent une fois qu'il y a des problèmes et parlent de "méfiance vis à vis des policiers". Le maire de Toulouse répond, que les nouveaux agents seront là pour recréer de la confiance, mais il ajoute : "les racines du mal, on ne s'y attaque pas uniquement en passant du temps avec les habitants". 

Réécoutez Jean-Luc Moudenc en direct sur France Bleu Occitanie.