Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Toulouse : tensions autour des municipales

-
Par , France Bleu Occitanie

Les actes de violence et d’intimidations se multiplient dans la campagne des municipales à Toulouse. Le candidat du Rassemblement National évoque l'agression de plusieurs personnes de son équipe ce week-end. La candidate socialiste déplore des propos racistes tenus contre l'une de ses colistières.

Le candidat du rassemblement national, Quentin Lamotte, dénonce l'agression de ses équipes ce dimanche
Le candidat du rassemblement national, Quentin Lamotte, dénonce l'agression de ses équipes ce dimanche - Capture d'écran Twitter

Alors que le premier tour des élections municipales est dans un mois, la campagne se tend à Toulouse. Ce weekend, le candidat du Rassemblement National, Quentin Lamotte, ainsi que ses équipes ont été pris à partie alors qu'ils tractaient sur le marché Cristal, boulevard de Strasbourg. Le candidat évoque des crachats, des bousculades et des coups de bâton par une dizaine de militant "antifa". Il annonce que quatre plaintes ont été déposées. 

Le même jour, une colistière de la candidate socialiste, Nadia Pellefigue, aurait été victime de propos racistes. Une plainte devrait être déposée. La tête de liste dénonce des insultes venues de proches du candidat du Rassemblement National, ce que ce dernier dément formellement.

"Je n'ai jamais vu ça"

Quoi qu’il en soit, ces violences ne sont pas les premières de cette campagne. Permanences taguées, colistiers pris à partie, menaces envers les candidats, le débat public apaisé semble loin. "Je n'ai jamais vu ça, reconnait le maire sortant de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, victime de plusieurs intimidations en réunion publique ou près de son domicile. Il y a un climat de violence générale qui déteint sur la campagne."

que la campagne électorale puisse prendre de la hauteur

La majorité des candidats déplorent ces attaques même si toutes les listes n'ont pas été victimes de ce climat délétère. C'est le cas par exemple de celle d'Archipel Citoyen dont la tête de liste Antoine Maurice appelle au calme : "Nous respectons tout aussi profondément nos adversaires que nous en combattons les idées. Nous appelons donc à ce que la campagne électorale puisse prendre de la hauteur".

Même tonalité chez Franck Biasotto pour la liste de centre droit "Toulouse belle et Forte" qui condamne ces violences.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu