Politique

Tours : Christophe Bouchet a dirigé son premier conseil municipal

Par Simon Soubieux, France Bleu Touraine mardi 14 novembre 2017 à 0:56

Sur la table plusieurs sujets, comme la deuxième ligne de tramway ou encore le haut de la rue Nationale.
Sur la table plusieurs sujets, comme la deuxième ligne de tramway ou encore le haut de la rue Nationale. - Simon Soubieux

C'était ce lundi soir le premier conseil municipal de la ville de Tours dirigé par son nouveau maire Christophe Bouchet. Sur la table notamment : la deuxième ligne de tramway, les travaux du haut de la rue nationale ou encore l'augmentation des indemnités pour six élus de la majorité.

Le conseil municipal de ce lundi 13 novembre aura duré pas moins de trois heures et quarante et une minutes, dont une minute de silence en mémoire des victimes des attentats du 13 novembre 2015 en début de séance. Après ce moment, pour le nouveau maire, il a fallu se plonger dans de multiples dossiers.

Deuxième ligne de tram

L'opposition a rapidement évoqué la deuxième ligne de tramway. Quel tracé ? Réponse du maire : "Pour moi, le vrai sujet, c'est plutôt la troisième ligne de tramway. Pour la deuxième, ça a été voté par le conseil métropolitain. Il suffit juste désormais de savoir si le tracé passera par le boulevard Béranger ou par Jean Royer. Les deux solutions ont des avantages, les deux ont des inconvénients.Il faudra prendre en compte l'intérêt général des Tourangeaux."

Haut de la rue nationale, quelles avancées ?

Les délibérations ont ensuite viré sur les questions budgétaires. Le conseiller municipal d'opposition Nicolas Gautreau s'est interrogé sur une prévision de dépense de 1.500.000 euros dans le cadre des travaux du haut de la rue Nationale : "Pourquoi verser cette somme alors que tout le monde voit bien qu'il ne se passe rien en haut de la rue ?". "Effectivement, il y a des retards de commencement des travaux, mais la ville est tenu par un contrat et se doit de verser cette somme", a répondu hélène Millot, adjointe aux finances de la ville.

Christophe Bouchet a d'ailleurs réagi à ce retard. Pour lui, il est le fait de recours juridiques déposés contre le projet. Des recours selon lui abusifs : "La loi nous laisse la possibilité de nous retourner contre les auteurs de ces recours. Si nous en ressentons le besoin, c'est ce que nous ferons."

Une augmentation pour six élus

Le point qui a suscité le plus de polémique ce lundi soir, c'est l'augmentation des indemnités pour six membres de la majorité. Six conseillers municipaux délégués auprès du maire, pour être plus exacte. La ville paiera environ 3.150 euros supplémentaires chaque mois. Des dépenses inutiles pour l'opposition, qui a voté contre, qu'elle soit communiste, socialiste ou frontiste. La majorité rappelle que l'enveloppe maximale autorisée est de 59.259 et que malgré cette augmentation, elle n'en utilisera que 47.807 €.

À noter également le don de la ville de 5.000 euros à la fondation de France pour venir en aide aux sinistrés de l'ouragan Irma, sur les îles de Saint-Martin et de Saint-Barthélémy.