Politique

Tours : des militants de la France Insoumise fêtent la Saint-Serge pour dénoncer le départ de Serge Babary de la mairie

Par Kevin Blondelle, France Bleu Touraine samedi 7 octobre 2017 à 18:38

Une dizaine de militants de la France Insoumise et de l'association "c'est au Tours du peuple" ont fête la "Saint Serge"
Une dizaine de militants de la France Insoumise et de l'association "c'est au Tours du peuple" ont fête la "Saint Serge" © Radio France - Kévin Blondelle

Une dizaine de militants de la France Insoumise et de l'association "c'est au Tours du peuple" s'est rassemblée devant la mairie à l'occasion de la Saint Serge aujourd'hui. Un prétexte pour dénoncer le départ de Serge Babary à mi-mandat et pointer du doigt son bilan.

Ils ont dit bye bye à Serge Babary à l'occasion de sa fête ce samedi. Pour la Saint Serge, une dizaine de militants de la France Insoumise et de l'association "c'est au Tours du peuple" se sont rassemblés devant l'Hôtel de Ville de Tours pour dénoncer le départ précipité de Serge Babary, élu sénateur et qui laisse donc son siège à la mairie. Et puis aussi pour pointer du doigt son bilan, qu'ils estiment catastrophique pour la ville. On ne sait pas encore qui va lui succéder, il faudra attendre le 17 octobre et un conseil municipal extraordinaire pour le savoir. En attendant, ces militants disent "bon vent" à Serge Babary, dit Pierre Bitoun, le responsable de la France Insoumise à Tours. "Serge Babary a été un maire à 50%" dénonce t'il, puisqu'il part à mi-mandat. Au delà de ce départ, il pointe du doigt son bilan. "Tout est fait pour le privé ! Un exemple ? La rénovation du haut de la rue Nationale, où on a chassé les petits commerces pour installer de grandes multinationales et des hôtels de luxe. On l'a d'ailleurs renommée la rue Multinationale !"

Peu importe le prochain maire, cela ne changera rien puisque c'est la même majorité

Ils ont donc dit adieu à Serge Babary de façon ironique mais sans se faire d'illusion pour la suite. Le 17 octobre prochain, le nouveau maire sera élu lors d'un conseil municipal exceptionnel. "Il s'agira de la même majorité, ce sera toujours les mêmes !" regrette Pierre Bitoun.