Politique

A Tours, la campagne des municipales sur la toile peut mieux faire

Par Géraldine Marcon, France Bleu Touraine jeudi 20 février 2014 à 17:35

La campagne des municipales sur internet
La campagne des municipales sur internet © Capture d'écran Facebook

Une campagne électorale c’est bien sûr la présentation des listes, les réunions et le tractage sur les marchés. Mais pour ce scrutin municipal, les candidats tourangeaux sont également très présents sur internet ; sites dédiés, réseaux sociaux et même comptes parodiques, tout est bon pour toucher un maximum d’électeurs.

A Tours, la campagne électorale s'étend sur internet, et si tous les candidats s'en servent, beaucoup ne maîtrisent pas réellement cet outil. La plupart des listes constituées ont un site dédié à leurs candidatures ; c’est bien sûr le cas de la liste menée par le maire sortant Jean Germain mais il est bien en ligne, le site n’est pas encore alimenté. Du côté du conseiller général UMP Serge Babary le contenu est bien là, le candidat de l’opposition est d’ailleurs le plus actif sur la toile puisqu’il alimente un blog régulièrement depuis 2008. Europe écologie les Verts (EELV) est présent avec un site qui regroupe informations et programme. La liste d’extrême gauche (NPA, le Parti de gauche et Ensemble) menée par Claude Bourdin reprend ses propositions pour la ville sur son site. On y trouve même une chanson de campagne ! Reste le Front national qui n’a pas pour l’instant créé de site dédié uniquement à la campagne tourangelle mais qui peut s’appuyer sur le site départemental du parti.

"Il y a un vrai manque de maturité sur ces plateformes là"

Les différents candidats et leurs équipes ont aussi bien compris l’importance des réseaux sociaux dans cette campagne. Le plus important, à en croire leur présence quasi unanime, c'est Facebook. Et ici les deux principaux candidats ont créé des pages : "Tours ensemble" et  "Jean Germain 2014". Les listes d’extrême-gauche et d’EELV ont créé des profils, seul le Front national n’est pas présent sur Facebook, du moins au niveau local (il existe une page nationale).

Le réseau Twitter semble aussi séduire les candidats, mais ils y viennent poussés par l'échéance électorale et ne sont pas forcément convaincants du coup. , par exemple, a créé son compte en début d’année et lui a bien un compte mais il est bloqué. Une erreur selon les spécialistes, même si le profil renvoie sur son blog.

Pour Hervé Pargue, consultant en communication digitale, les élus et les candidats ne savent pas encore vraiment comment utiliser ces outils.

h pargue municipales internet 2

Des comptes parodiques

Le plus original sur ce réseau social pour une ville de la taille de Tours, c’est la présence de deux comptes parodiques. Le premier a été créé en décembre 2013, son nom , il ne compte que 81 abonnés et moque gentiment le candidat de l’opposition. L’autre compte parodique c’est celui de (60 abonnés), il a vu le jour en janvier seulement et se montre plus agressif avec le maire sortant dont l’actualité récente prête aux bons mots.

Et cela ne s’arrête pas là, on trouve par exemple de fausses affiches de campagne de Jean Germain sur un blog local qui s’attaque au maire sortant. Nos confrères de la Nouvelle République ne sont pas en reste puisque sur le blog de la rédaction locale de Tours on peut lire potins, indiscrétions et billets d’humeur. Un bon moyen de suivre la campagne hors des sentiers battus.

Hervé Pargue, consultant en communication digitale

Partager sur :