Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Tours : le projet d'Hôtels Hilton dans le haut de la rue Nationale "repris à la racine" annonce le maire

mercredi 28 mars 2018 à 11:24 Par Yohan Nicolas, France Bleu Touraine

Le projet initial d'aménagement du haut de la rue Nationale va être réexaminé "à la racine" a annoncé le maire Christophe Bouchet en conseil municipal. Eiffage l'opérateur ne tient pas ses promesses. L'opposition se dit stupéfaite et se demande quelles seront les compensations.

Le projet du Haut de la rue Nationale
Le projet du Haut de la rue Nationale - Mairie de Tours

Le maire de Tours a annoncé ce matin reprendre le projet du haut de la rue Nationale "à la racine".  Christophe Bouchet explique que le groupe Eiffage, l'opérateur du projet, ne cesse de repousser les travaux tous les 3 mois, avec à chaque fois, des délais supplémentaires. On ne repart pas de zéro a donc dit le maire, mais on reprend le dossier à la racine. On est pas à une année près et il faut le faire en fonction de tous les éléments qui sont autour : la Loire, les Quais, le début de la rue Nationale. Une conférence de presse est prévue ce jeudi à 10h30 à la bibliothèque de Tours en présence du président de la Métropole, Philippe Briand. La mairie annonce la création d'un groupe de travail sur ce dossier, et les discussions avec Eiffage se poursuivent, assure le maire.

Ce n'est pas grave si on perd 2 ans, si on peut dire perdre. Puisque le but c'est d'améliorer le projet - Serge Babary

L'ancien maire Serge Babary, conseiller municipal, a aussi expliqué qu'Eiffage demandait des délais supplémentaires de puis 18 mois. A chaque fois qu'on annonçait une date, il fallait revenir dessus. Fin décembre on nous disait vous aurez des nouvelles fin mars, et il fallait revenir dessus. On met des palissades de chantier et on apprend ensuite qu'il faut encore 3 mois. Il n'y a plus de confiance dans l'opérateur. A un moment il faut savoir dire non. L'opérateur a perdu son crédit.

On ne peut pas rester avec un tel chantier au cœur de la ville pendant aussi longtemps - Pierre Commandeur.

L'élu de l'opposition (LREM), Pierre Commandeur, prend acte de cette décision. Il s'interroge en revanche sur le calendrier. Je voudrais savoir où est-ce qu'on va ? _Vous nous avez présenté l'arrêt du projet initial et son réexamen_. Du coup quel impact cela aura sur la ville et ses finances ? Il y aura des compensations à payer.  Même son de cloche du côté de Nicolas Gautreau, PS, qui se dit sidéré, effaré. Je pense qu'on a des retards parce que la municipalité actuelle n'a pas, depuis 3 ans et demi, suivi le dossier. 

L'idée est semble-t-il d'étendre le périmètre du haut de la rue Nationale. L'idée n'est pas de repartir à zéro mais de s'appuyer sur les permis de construire existants pour perdre le moins de temps possible. Reste à savoir si Eiffage restera l'opérateur du projet. La Set de son côté (la société d'équipement de la Touraine) qui attend toujours qu'on lui achète les terrains.

Le projet initial des 2 hôtels, face à face - Aucun(e)
Le projet initial des 2 hôtels, face à face - Mairie de Tours

Le projet d'aménagement du haut de la rue Nationale prévoyait au départ la construction de deux hôtels Hilton 3 et 4 étoiles face à face près de la Place Anatole pour une capacité de 170 chambres, un projet porté par la société Eiffage. Les deux hôtels Hilton 3 et 4 étoiles devaient être exploités par le groupe NAOS; avec des aménagements tels que salle de fitness ou encore petites salles de séminaire. Ces hôtels devaient employer 80 à 90 personnes toutes recrutées localement. En dessous de ces hôtels, est prévue également la venue de commerces sur quelques 6000 mètres². Un projet, budgété au départ à 65 millions d'euros.