Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Tours : le projet du haut de la rue Nationale toujours au point mort

mardi 5 juin 2018 à 14:31 Par Yohan Nicolas, France Bleu Touraine

Un conseil municipal extraordinaire s'est tenu ce lundi soir sur le projet du haut de la rue Nationale, un chantier à l'arrêt depuis 18 mois. La session marathon n'a pas permis d'en savoir plus sur les blocages et les évolutions possibles. Les échanges ont été vifs entre majorité et opposition.

Le maire veut un hôtel 5 étoiles en plus des deux autres hôtels
Le maire veut un hôtel 5 étoiles en plus des deux autres hôtels - Ville de Tours

Tours, France

C'était une séance marathon pour les élus du conseil municipal de Tours lundi soir. Jusqu'à 2h du matin, ils ont débattu sur le projet d'aménagement et de développement durable de la ville, sur le renouvellement urbain du quartier du Sanitas, et surtout sur le Haut de la rue Nationale. Les échanges ont été tendus entre l'opposition et le maire Christophe Bouchet. Les socialistes et les Verts d'Europe Ecologie ont accusé le maire de cacher la vérité sur le projet du Haut de la rue Nationale suspendu depuis le 28 mars. On sait seulement que Christophe Bouchet veut y intégrer la construction d'un hôtel 5 étoiles et faire de l'ensemble une porte d'entrée sur la Loire. Poussé dans ses retranchements, le maire de Tours a apporté quelques éléments nouveaux.

Un coût annuel de 300.000 euros pour la Société d'Equipement de la Touraine

Christophe Bouchet a dévoilé que la SET (La Société d'Equipement de la Touraine) avait déjà investi 17 millions dans le projet (à l'arrêt depuis 18 mois) et que cela coûtait 300.000 euros de frais annuels à la collectivité. De son côté l'opposition se dit exaspérée de ne rien savoir, ni sur les causes exactes de l'arrêt du projet, ni sur son avenir. Pour Pierre Commandeur, de La République En Marche, il faut que le projet initial soit appliqué sans attendre, et qu'on sache enfin pourquoi tout cela s'est arrêté. "Si on ne redémarre pas sur le projet initial, il y aura des années et des années de retards car il faudra tout reprendre (permis, appels d'offres....). J'ai l'impression qu'on nous avons été baladés et qu'on continue de nous balader."

Mais le maire a tenu à rappeler qu'il n'a voulu balader personne.  Si tout s'était passé normalement, Eiffage aurait du nous proposer une chaîne complète d'investisseurs, d'exploitants et de groupes hôteliers en novembre 2016 ! A un moment il faut que ça s'arrête.  

Sur le fond du dossier, toujours autant de flou

Sur le projet du haut de la rue nationale en lui-même, Christophe Bouchet ne remet en cause ni la construction des deux futurs hôtels 3 et 4 étoiles, ni les commerces. Il confirme qu'il veut un palace 5 étoiles en plus, au niveau des Tanneurs ce qui amène d'autres critiques de Nicolas Gautreau (LREM). Il faudra expliquer aux tourangeaux qui ont actuellement une vue sur la Loire depuis leur appartement, c'est bel et bien terminé. Au final, le maire de Tours entend intégrer le chantier dans une vaste réflexion sur la mise en valeur de la Loire.