Politique

Tours, vers un quatrième mandat pour Jean Germain ?

Par Géraldine Marcon, France Bleu Touraine mercredi 5 mars 2014 à 17:16

Les municipales 2014 à Tours, les forces en présence.
Les municipales 2014 à Tours, les forces en présence. © IDÉ

Le sénateur-maire sortant, Jean Germain, se présente devant les électeurs pour un quatrième mandat consécutif avec une liste d’union. Il devra tout de même faire avec une liste EELV, et trois listes d’extrême-gauche. A droite, son principal concurrent, Serge Babary, mène lui une liste UMP-UDI-Divers droite, et le Front national a investit Gilles Godefroy, conseiller régional comme tête de liste.

Jean Germain est confiant, alors qu'il brigue pour la quatrième fois le mandat de maire de Tours . Egalement sénateur, celui qui avait repris la ville à la droite en 1995 semble être le mieux placé pour gagner ce scrutin municipal. Il bénéficie d'un bilan globalement positif , il a des projets, notamment la deuxième ligne de tram et surtout il affiche une popularité à toute épreuve.

L’affaire des "mariages chinois" pour laquelle il est mis en examen pour complicité de prise illégale d’intérêts et détournement de fonds publics ne paraît pas gêner ses électeurs. Son statut de deuxième "cumulard" de France (selon le magazine l'Express) avec pas moins de 12 fonctions ou mandats à lui seul, ne semble pas non plus être un handicap. Jean Germain devra d’ailleurs choisir en 2017 entre la mairie et le Sénat pour se conformer à la loi de non-cumul. Rien ne semble pouvoir faire obstacle au maire sortant après 19 ans de mandat , il mène une liste rassemblant le Parti socialiste, le MoDem, quelques communistes , mais surtout deux de ses anciens opposants . Il s’agit de Pascal Ménage, ancien député UMP et proche de Renaud Donnedieu de Vabres et de Laetitia Jallot, elle aussi ex-UMP et conseillère municipale d’opposition.

La droite tourangelle en ordre de bataille

Face à cette liste socialiste, la droite partira unie derrière Serge Babary, le président de la chambre de commerce et d’industrie Touraine depuis 2011 (il s’est mis en retrait de ses activités consulaires le temps de la campagne). A ses côtés des militants UMP, UDI et divers droite , c’est un bon point pour le candidat car en 2008 la droite tourangelle avait présenté trois listes différentes. Serge Babary essaie de rattraper son manque de notoriété pendant cette campagne, il a choisi de se différencier du maire sortant en promettant de se consacrer uniquement à son mandat municipal s’il est élu.

Le candidat de droite devra cette fois-ci faire avec le FN. Absent du scrutin municipal tourangeau en 2008, le Front national présente une liste cette année avec à sa tête Gilles Godefroy, conseiller régional . Et le parti de Marine Le Pen compte bien bénéficier de l’élan national cette année et faire mieux que les 4,70% du premier tour en 2001.

Europe écologie les Verts se lance aussi dans la bataille municipale tourangelle avec une liste conduite par Emmanuel Denis . Ce militant associatif est nouveau en politique mais il est connu pour son engagement à la FCPE et en tant que représentant départemental de l’association Robin des toits.  

L'extrême-gauche multiplie les candidats

Du côté de l’extrême-gauche , les listes se sont multipliées en ce début d’année. Claude Bourdin mène l’une d’entre elles, ce conseiller municipal, élu sur la liste PS en 2008 se dit déçu de son parti. Il est en tête d’une liste « de gauche, sociale et écologique » qui rassemble des membres du NPA, du Parti de gauche et d’Ensemble (réunion de la Gauche anticapitaliste, des Alternatifs, de la FASE…). Le Parti ouvrier indépendant et Lutte ouvrière seront aussi dans la course avec deux femmes têtes de liste Claire Delore et Anne Brunet.

Le premier tour pourrait donc plus difficile pour le maire sortant cette année avec la possibilité d'une dispersion des voix à gauche . Pour la  droite, c'est le FN qui pourrait doucher les espoirs. Si le candidat frontiste parvient à se maintenir au deuxième tour , la liste de Serge Babary perdrait toute chance de gagner.