Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

"Tous les socialistes de la Haute-Vienne sont derrière Benoît Hamon", selon sa mandataire Gulsen Yildirim

lundi 6 mars 2017 à 11:04 Par Fabienne Joigneault, France Bleu Limousin

Même s'ils ont tous choisi Manuel Valls à la primaire de la gauche, les responsables et élus du PS de la Haute-Vienne se rangeront derrière le candidat qui a été désigné, Benoît Hamon. Sa mandataire, Gulsen Yildirim, le garantissait ce lundi matin sur France Bleu Limousin.

Gulsen Yildirim était en direct sur France Bleu Limousin à 8h20
Gulsen Yildirim était en direct sur France Bleu Limousin à 8h20 © Radio France - capture vidéo

Limoges, France

Aucun parlementaire ou responsable du PS n'a soutenu Benoît Hamon pour la primaire en Haute-Vienne, et la plupart défendaient Manuel Valls. Pour autant, ils respecteront la règle du jeu, selon la mandataire du candidat dans le département. "Je peux vous garantir que tous les socialistes de la Haute-Vienne sont derrière Benoît Hamon", affirmait Gulsen Yildirim ce lundi matin sur France Bleu Limousin.

Phase de débat, puis phase de rassemblement

Pour elle, après le débat de la primaire, "la phase de rassemblement est nécessairement difficile, parce que nous avons fait des choix personnels", mais Benoît Hamon a "une vraie légitimité démocratique, parce que contrairement à ce qui était annoncé, la primaire a mobilisé plus de 2 millions de personnes, et il a obtenu 60% !". Le candidat devrait venir en Haute-Vienne, mais la date n'est pas encore fixée.

Responsabilité partagée

Pourtant, au niveau national, des responsables du PS rechignent, à l'image de Patrick Kanner, ministre de la Ville, qui demandait dans le Journal du Dimanche ce week-end "des preuves d'amour" à Benoît Hamon, estimant qu'il a trop critiqué le bilan du quinquennat et fait trop de place à EELV. "Notre responsabilité, c'est de nous rassembler derrière notre candidat", rappelle Gulsen Yildirim, "mais c'est une responsabilité partagée : il est important que notre candidat porte un certain nombre de projets menés durant le quinquennat".

Le risque Le Pen et la tentation Macron

Ce rassemblement est particulièrement crucial, explique la mandataire de Benoît Hamon, car "jamais dans toute l'histoire de la 5ème république, une élection présidentielle n'a été aussi dangereuse. Parce qu'il y a le risque de voir le FN gagner". Quant à se tourner vers Emmanuel Macron, comme l'évoque Patrick Kanner, "ce n'est pas la solution" pour elle. "Il a des propositions très à droite, sur les retraites, l'indemnisation du chômage et je crains que les gens qui ont une sensibilité de gauche n'y trouvent pas leur compte, commente Gulsen Yildirim, "je leur dis "regardez bien, lisez bien" avant de choisir".