Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Travailleurs détachés : Macron en tournée européenne contre le dumping social

mercredi 23 août 2017 à 21:43 Par Julien Baldacchino, France Bleu

Emmanuel Macron était ce mercredi en Autriche à la rencontre du chancelier Christian Kern, pour lancer une offensive contre le dumping social des travailleurs détachés en Union européenne.

Emmanuel Macron et les dirigeants slovaque, autrichien et tchèque, ce mardi 23 août
Emmanuel Macron et les dirigeants slovaque, autrichien et tchèque, ce mardi 23 août © AFP - Bertrand Guay

Au premier jour de la tournée européenne qui marque sa rentrée politique, Emmanuel Macron a lancé, aux côtés du chancelier autrichien Christian Kern, une offensive contre la directive européenne sur le travail détaché. Comme la France, l'Autriche estime que cette directive favorise le dumping social au profit des pays d'Europe de l'est où les charges sociales sont moins élevées.

"Trahison de l'esprit européen"

"La directive européenne telle qu'elle fonctionne est une trahison de l'esprit européen dans ses fondamentaux", a déclaré mercredi Emmanuel Macron. Datant de 1996, cette directive permet à une entreprise de l'UE d'envoyer dans un autre pays un travailleur tout en continuant à payer ses charges sociales dans le pays d'origine. Mais ce système a donné lieu à du dumping social, notamment à partir de l'extension de l'UE à des pays où les cotisations sont beaucoup plus basses dès 2004, qui ont conduit à des fraudes comme les sociétés "boîtes aux lettres" qui n'ont qu'une adresse dans ces pays.

"Le marché unique européen et la libre circulation des travailleurs n'ont pas pour but de favoriser les pays qui font la promotion du moindre droit social", a déclaré Emmanuel Macron. En Autriche, le chancelier Kern déplore le fait que le chômage n'a pas reculé "à cause des travailleurs étrangers, alors que nous avons créé des emplois".

Convaincre plus de pays de l'est

La France veut aussi obtenir le soutien de la République tchèque et de la Slovaquie, dont Emmanuel Macron a rencontré les premiers ministres également ce mardi, ainsi que la Roumanie et la Bulgarie où le Président se rendra vendredi. Il espère ainsi convaincre assez de pays à l'Est pour obtenir la majorité lors d'une réunion européenne en octobre.

Fin mai, Emmanuel Macron avait déjà bloqué un vote à Bruxelle sur une réforme jugée trop molle. La France veut limiter le travail détaché à douze mois sur une période de deux ans. La Pologne et la Hongrie, gros pourvoyeurs de travailleurs détachés, restent farouchement hostiles à de telles réformes : mais celles-ci pourraient être adoptées sans eux, une majorité suffisant à faire adopter des mesures.