Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique DOSSIER : Les élections européennes 2019

Trois cents personnes à la Chapelle-Saint-Mesmin pour le meeting du Premier ministre

-
Par , France Bleu Orléans

Le Premier ministre Edouard Philippe était à la Chapelle-Saint-Mesmin, dans le Loiret, ce jeudi soir. Un meeting dans le cadre des élections européennes pour soutenir la liste La République en marche.

Le Premier ministre a parlé pendant une vingtaine de minutes, avant de répondre à quelques questions de l'assistance.
Le Premier ministre a parlé pendant une vingtaine de minutes, avant de répondre à quelques questions de l'assistance. © Radio France - Cyrille Ardaud

Orléans, France

Comme un air de fin de campagne. Le Premier ministre Edouard Philippe était à la Chapelle-Saint-Mesmin (Loiret) ce jeudi soir, deux jours seulement avant le scrutin pour les élections européennes. Environ trois cents personnes ont assisté à cette réunion publique, et dans l'assistance il y avait de nombreux élus et proches du parti. Les députés du Loiret Richard Ramos, Stéphanie Rist et Caroline Janvier, les ministres Loir-et-Cheriens Jacqueline Gourault et Marc Fesneau, le maire d'Orléans Olivier Carré, le maire de Tours, sans oublier le numéro quatre sur la liste En Marche, l'agriculteur Jérémy Decerle.

Devant la salle, entre quarante et cinquante gilets jaunes et syndicalistes s'étaient positionnés pour interpeller les militants qui entraient et sortaient de la salle. Et dans le public, il y avait des jeunes, parfois un peu perdus.

"L'Europe et l'écologie c'est les deux thèmes principaux chez les jeunes en ce moment."

Amayelle a 18 ans, elle est en classe de terminale. C'est la première fois qu'elle votera et même si elle dit s'intéresser à la politique, sur la question des européennes elle est un peu désemparée : "J'ai découvert ces élections un peu au dernier moment." D'autant que dans son lycée, le sujet n'est jamais abordé : "Les professeurs ne nous en parlent pas, très peu de personnes savent ce que c'est. C'est pour ça que je viens ici, pour me renseigner."

Quelques rangs plus loin, Thomas 20 ans n'en rate pas une miette. Cet étudiant en classe préparatoire avoue avoir un peu de mal à s'y retrouver parmi les 34 listes : "Je suis venu pour prendre des informations et voir si le projet de  LREM est un bon projet pour l'Union Européenne." Quant à Augustin, 19 ans, il y a des thématiques sur lesquelles il est particulièrement attentif : "L'Europe et l'écologie c'est les deux thèmes principaux chez les jeunes en ce moment. Et moi je suis intéressé par la question de l'immigration, par le social, avec les gilets jaunes ça me semble très important."

Séance de questions-réponses

Edouard Philippe va prononcer un discours d'une vingtaine de minutes, puis répondre à neuf questions du public. Il a parlé notamment d'environnement, d'agriculture, de l'importance de l'Union Européenne pour les Français, de l'euro, du Brexit, de la nécessité de voter pour faire barrage au Rassemblement National... 

Et puis, brièvement, du programme Erasmus, qui permet d'étudier à l'étranger : "On veut que plus de gens bénéficient d'Erasmus ! C'est bien si ça peut profiter aux lycéens puis surtout c'est bien si ça peut profiter aux apprentis. Il n'y a pas de raison." 

"Je ne sais toujours pas pour qui je vais voter !"

Deux heures de meeting plus tard, Thomas n'est pas vraiment plus avancé : "C'était un peu décevant je trouve. Les questions posées étaient pertinentes, mais les réponses apportées c'était plus des tournures de phrase que des vraies propositions. Je ne sais toujours pas pour qui je vais voter !"

La liste En Marche est créditée d'environ 23% des intentions de vote, au coude à coude avec la liste Rassemblement National.

Réécoutez le reportage de France Bleu Orléans