Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Trois trésoreries publiques de Côte-d'Or vont fermer en janvier 2019

lundi 2 juillet 2018 à 9:07 - Mis à jour le lundi 2 juillet 2018 à 16:53 Par Laurine Benjebria, France Bleu Bourgogne

Dans trois communes de Côte-d'Or, les populations vont devoir rouler quelques dizaines de kilomètres pour voir un agent des finances publiques. Dès le 1er janvier 2019, trois trésoreries fermeront. Pour la CGT, c'est le début de la casse du service public de proximité.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - SALESSE Florian

Mirebeau-sur-Bèze, France

Un service public en moins à Mirebeau-sur-Bèze, Sombernon et Saint-Jean de Losne en Côte-d'Or. Les trésoreries publiques de ces communes vont fermer le 1er janvier 2019. En cause, le manque d'agents : ils sont trois fonctionnaires à Mirebeau-sur-Bèze. La décision a été annoncée fin mai par la direction régionale des Finances publiques. A Mirebeau-sur-Bèze, c'est devenu la discussion du moment et pour cause, dans cette commune de 2200 habitants, ils sont encore nombreux à se rendre en trésorerie.

Des populations dépitées

Si les plus jeunes n'hésitent plus à utiliser Internet, Michel 73 ans et Isabelle 55 ans, poussent la porte de la trésorerie au moins une fois par an. Michel s'y rend pour poser des questions sur les taxes tandis qu'Isabelle elle, paye sur place les impôts. Ils vont devoir faire les adieux au local de Mirebeau-sur-Bèze. A partir du 1er janvier, ils vont devoir aller jusqu'à Dijon à plus de vingt kilomètres pour voir un agent en personne. Ca sera impossible pour Isabelle, car elle n'a pas le permis : "je ne vais pas pouvoir y aller (...) ça m'embête". 

"On ne peut rien faire, on est obligé de subir" — Jacky

Pour d'autres Mirebellois, c'est la colère qui l'emporte. Jacky, 71 ans, et Siline, 31 ans, ont peur de voir disparaître d'autres services publics, comme La Poste, voire des écoles : "on coupe tout maintenant !" s'exclame Jacky.

  - Radio France
© Radio France - Laurine Benjebria

Vers la casse du service public ?

L'inquiétude gagne également la municipalité. Car si les services dédiés à la populations sont transférés à Dijon, pour ce qui relève des collectivités (gestion de l'argent public, budget, etc.), il va falloir se rendre jusqu'à la commune de Fontaine-Française. Depuis que l'annonce lui a été faite, en mai, le maire de Mirebeau-sur-Bèze, Laurent Thomas est inquiet.

"C'est compliqué pour le milieu rural"

Laurent Thomas n'est pas pour autant défaitiste. Il réfléchit à quelques solutions, comme l'aide d'étudiants en fiscalité au moment de la déclaration de l'impôt. A la direction des Finances publiques de Bourgogne Franche-Comté, une autre solution est en discussion : la mise en place d'une permanence pour accompagner les populations.

Laurent Thomas, maire de Mirebeau-sur-Bèze

Alors aucune suppression d'emploi est prévue. Les agents seront mutés et seront d'ailleurs prioritaires dans leur choix, même en dehors de la Côte d'Or. Pour les syndicats, ce n'est pas juste une question de ruralité, c'est surtout "le début de la casse du service public de proximité", selon Pascal Lhomond. Le co-secrétaire départemental à la CGT Finances publiques de Côte-d'Or craint aussi pour les personnes âgées qui ont dû mal avec Internet, pour les populations n'ayant pas les moyens d'avoir un ordinateur, ou celles vivant dans des communes en zone blanche. 

Pascal Lhomond, cosecrétaire départemental à la CGT Finances publiques de Côte d'Or

Les Finances publiques doivent s'adapter aux futures réformes

Cette casse du service public, Martine Viallet, directrice régionale des finances publiques de Côte d'Or, la conteste. Pour elle, c'est une manière de s'adapter aux futures réformes des impôts : taxe d'habitation et prélèvement sur le revenu. Des réformes qui vont modifier l'activité des agents : "l'activité impôt va être extrêmement faible" note Martine Viallet. Un comité technique est prévu le 2 juillet pour adopter définitivement ces futures fermetures. Les syndicats y ont été invités et déjà la CGT a décidé de boycotter cette réunion.

Fermeture de la trésorerie publique de Mirebeau-sur-Bèze, reportage